Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban : Les raisons de la colère


le Dimanche 31 Janvier 2021

A Tripoli, le confinement et la pauvreté attisent la colère, les manifestants, dans l’étau du confinement et de la misère, basculent dans la violence.



Liban  : Les raisons de la colère
De violents heurts ayant fait un mort et plus de 400 blessés secouent depuis plusieurs jours la métropole de Tripoli, dans le nord du Liban, où des manifestants dénoncent les répercussions économiques du confinement imposé pour endiguer la propagation du coronavirus.

Le Liban est englué dans sa pire crise économique depuis des décennies, avec une dépréciation inédite de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques.

Résultat, plus de la moitié de la population se retrouve sous le seuil de pauvreté, selon l’ONU, et le quart de la population vit dans l’extrême pauvreté 23%.

En 2020, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 25% et les prix ont bondi de 144%, selon le Fonds monétaire international (FMI). La livre libanaise a perdu plus de 80% de sa valeur face au dollar.

En outre, les restrictions inédites sur les retraits et virements bancaires, en vigueur depuis l’automne 2019, empêchent les épargnants d’accéder librement à leurs dépôts en devises étrangères. Ils peuvent retirer en convertissant les montants en livres libanaises, à un taux extrêmement faible par rapport à celui du marché parallèle, car cela équivaut à une perte de facto «de plus de 50%», qui a surtout affecté les petits et moyens épargnants, rappelle l’économiste Jad Chaaban.

Un plan de relance économique, annoncé en avril 2020, incluant une restructuration de la dette, parmi les plus élevée au monde par rapport au PIB, et du secteur bancaire, est resté lettre morte. Des négociations entamées avec le FMI pour une aide financière ont rapidement déraillé. La tragédie de l’explosion au port de Beyrouth le 4 août de l’année dernière a été la goutte qui a fait déborder le vase pour des Libanais éreintés, qui dénoncent l’inertie, la corruption et l’incompétence du pouvoir face à une avalanche de crises. Le pays est sans gouvernement depuis août, faute d’entente entre les principaux partis, malgré les pressions locales et internationales.

Enfin, depuis fin décembre, le Liban connaît une propagation exponentielle du coronavirus.

L’impact du confinement 
Un premier confinement entre mars et juin 2019 a précipité le tiers des Libanais au chômage, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Et face à l’ampleur de la crise sanitaire, le gouvernement a imposé depuis le 14 janvier un confinement strict, accompagné d’une fermeture des commerces, qui peuvent uniquement livrer à domicile. Pour sortir, les habitants doivent remplir des attestations autorisant les déplacements dans certains cas seulement.

L’ONG Save the Children a mis en garde contre les retombées sociales des restrictions, dans un pays où les journaliers représentent environ la moitié de la population active, selon le ministère du Travail.

L’organisation craint que «les familles vulnérables et leurs enfants» se retrouvent «livrés à eux-mêmes».

La Banque mondiale a approuvé une aide d’urgence de 202 millions d’euros pour venir en aide à 786.000 Libanais. De leur côté, les autorités assurent distribuer 400.000 livres par mois (43 euros au marché noir) à 230.000 ménages défavorisés.

Un montant jugé insuffisant et loin de couvrir tous les besoins: 75% des Libanais ont aujourd’hui besoin d’une assistance financière, selon le ministère des Affaires sociales.

«Mourir du Covid-19 ou mourir de faim»
«Mourir du Covid-19 ou mourir de faim». À Tripoli, dans le nord du Liban, le confinement et la pauvreté attisent la colère des manifestants excédés par les restrictions sanitaires.

La tension va crescendo à Tripoli, deuxième ville du Liban et «capitale» du Nord, où mercredi, pour le troisième jour consécutif, de violents heurts nocturnes ont opposé les forces de l’ordre à des manifestants excédés par les mesures de confinement et leurs difficiles conditions de vie, aggravées par les restrictions sanitaires.

Un homme âgé de 29 ans est décédé, jeudi 28 janvier, des suites de ses blessures par balle, et plus de 220 personnes ont été blessées dans les affrontements, durant lesquels des manifestants ont attaqué le sérail de la cité côtière, le siège du gouvernorat du Nord. Des protestataires ont mis le feu à l’entrée d’un bâtiment de la police, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre et l’armée libanaise.

De leur côté, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont fait état de neuf blessés dans leurs rangs, dont un dans un état grave, alors que les manifestations ont repris ce jeudi, en début d’après-midi. La cité portuaire à majorité sunnite est l’une des villes les plus pauvres du pays du Cèdre.

La grogne sociale qui risque de s’amplifier
«Si l’impasse politique persiste, que les affrontements et incidents sécuritaires se poursuivent, le taux de change au marché noir risque de grimper jusqu’à 10.000 livres, voire plus, pour un dollar (contre 8.800 à l’heure actuelle, ndlr), ce qui ferait bondir les prix», un économique libanais.

«A cela pourrait s’ajouter une levée des subventions --initialement programmée pour fin 2020-- sur certaines denrées essentielles comme l’essence et les médicaments, ce qui aurait également des effets inflationnistes», ajoute l’économiste.

Quant aux aides internationales, notamment celles du FMI, elles sont conditionnées à la mise en place de réformes, tributaires d’un gouvernement «crédible» qui n’a toujours pas vu le jour, poursuit M. Chaaban.

Une évaluation qui fait craindre le pire, dans un contexte de mécontentement généralisé. «Ce qui s’est passé (...) n’est que le prélude à de plus grands mouvements», pronostiquait mardi un militant de Tripoli.

D’autres manifestations de plus faible ampleur ont eu lieu dans le pays, dans la capitale Beyrouth et à Saïda notamment, dans le Sud, où des protestataires ont tenté de bloquer certaines routes. Une contagion qui inquiète le pouvoir.