Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les enseignants contractuels condamnent l’usage de la violence à leur encontre


Rédigé par le Samedi 20 Mars 2021

En réaction aux images de violences enregistrées lors des manifestations des enseignants mardi et mercredi de la semaine en cours, la Coordination nationale des enseignants contractuels a publié un communiqué dans lequel elle condamne la répression qu'ils ont subi.



La Coordination nationale des enseignants contractuels a dénoncé, dans son communiqué, « la répression barbare qu’ont subi les enseignants lors des manifestations », et a condamné l’usage d’un « groupe de voyous pour les abuser », en plus « du harcèlement sexuel auquel ont été soumises plusieurs enseignantes ».

La Coordination a également souligné que « l'oppression n'est pas liée à des personnes spécifiques, mais plutôt à un exercice inhérent à la structure existante », et ajouté que « la réponse à cette oppression sera de nature pratique sur le terrain, à travers de féroces affrontements de lutte et de militantisme dans les avenirs ».

Par ailleurs, ladite Coordination a fait l'éloge du  « grand esprit militant des enseignants et enseignants présents lors des récentes manifestations nationale », soulignant qu'ils « ne baisseront pas les bras, et qu’ils continueront la lutte », jusqu'à ce que leurs revendications soient réalisées, à savoir « l’abandon du programme des contrats et l'inclusion de tous les enseignants dans le cadre de la fonction publique ».

Aussi, la coordination tient l’Etat « entièrement  responsable de l'assassinat de Abdallah Hajili », et affirmé son intention de « prendre les dispositions appropriées face à l'intensification des offensives contre le militantisme des enseignants contractuels ».

Il convient de noter qu’il est prévu que la Coordination tienne une réunion de son Conseil national, au cours de laquelle il discutera des mesures que les enseignants ont l'intention de prendre au cours des prochains jours après avoir été exposés au harcèlement sexuel et à une violence sans précédent, lors des protestations du mardi 16 mars et mercredi 17 mars.