Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Environnement

Les Eaux et Forêts démentent les vidéos de prolifération du sanglier


Rédigé par O.A le Lundi 13 Avril 2020

Les Eaux et Forêts ont démenti la véracité de certaines vidéos de sangliers précisant qu'elles ont été tournées ailleurs dans le monde puis attribuées à des zones marocaines. Les forestiers ne nient cependant pas la réalité du problème de prolifération du sanglier et apportent des éléments d’information sur les mesures prises pour contenir le phénomène dans le contexte du confinement.



Plusieurs vidéos ont circulé ces derniers jours montrant des endroits urbains ou ruraux infestés par des hordes de sangliers. Le département des Eaux et Forêts vient de démentir formellement ces contenus. « Les investigations menées par le Département des Eaux et Forêts ont démontré qu'il s’agit de photos et de vidéos prises et tournées en dehors du Maroc » affirme le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts dans un communiqué. « C'est le cas, notamment, d'une vidéo qui montre un troupeau de sangliers dans les rues d’une ville en prétendant qu’il s’agit d'Ifrane, alors que la vidéo a été filmée en Suisse » indique le communiqué en précisant qu’une « autre vidéo présente plusieurs dizaines de sangliers filmés par le conducteur d’un véhicule sur les abords d’une piste forestière et indiquant qu’il s’agit de la réserve biologique de Sidi Boughaba, près de la ville de Kenitra, alors qu'elle a, en réalité, été prise en Espagne ».

Mesures préventives

Les Eaux et Forêts ne nient cependant pas la réalité du problème de prolifération du sanglier notant que « depuis l’annonce du confinement, une note à toutes ses unités pour la surveillance de la faune sauvage, plus particulièrement du sanglier » a été diffusée « afin de collecter tous les éléments d’évaluation du risque sur les habitants et leurs biens ». Précisant « qu’aucun danger lié aux sangliers n’a été enregistré jusqu’à présent » le Département des Eaux et Forêts assure cependant que « des mesures préventives seront prises, le cas échéant, en concertation avec les autorités locales, en prévoyant des interventions urgentes par les agents forestiers relevant des territoires concernés ».

Régulation par piégeage

Compte tenu de l’état d’urgence sanitaire actuelle et afin de respecter les consignes définies par les pouvoirs publics, l’opérationnalisation des battues sera reprise après le confinement, précise le communiqué. « Conformément aux dispositions du nouvel arrêté n°3-17-19, publié le 5 septembre 2019, fixant les modalités de régulation des effectifs de certains animaux devenus nuisibles, la régulation du sanglier pendant cette période d’urgence sanitaire s’opère moyennant le piégeage. Le département des Eaux et Forêts a procédé, au niveau des points noirs de la province de Tiznit, à l’installation de 20 pièges dans les endroits les plus fréquentés par le sanglier. Un programme similaire est en cours et concernera plusieurs points noirs sensibles, tels que Dar Salam à Rabat et Rmilat à Tanger » souligne le Département.