Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le marché mondial du pétrole bouleversé par Coronavirus : Quel impact sur le marché intérieur des carburants?


Rédigé par A. CHANNAJE le Jeudi 4 Juin 2020

Depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire, les ventes de carburant ont fortement baissé. Une diminution estimée à 70% dans certaines régions.



Le marché mondial du pétrole bouleversé par Coronavirus : Quel impact sur le marché intérieur des carburants?
Alors que la pandémie du Coronavirus affecte les économies, elle bouleverse également le marché pétrolier et ses équilibres. A cause des mesures de confinement, la demande est devenue largement inférieure à l’offre. Ce qui a eu comme conséquence, une chute libre, lundi 20 avril, de la valeur du baril américain WTI en dessous de zéro pour terminer la séance à -37,63 dollars contre 18,27 dollars vendredi 17 avril. Une situation qui devrait, en principe, se répercuter aussi bien sur les prix à la pompe que sur la facture énergétique du pays. Est-ce vraiment le cas? Cette question et d’autres qui touchent de près le secteur de l’énergie viennent d’être abordées par le ministre de tutelle, Aziz Rebbah, ce lundi 2 juin, devant la Commission des Infrastructures, de l’Energie, des Mines et de l’Environnement de la Chambre des représentants.

« Suite à la crise sanitaire de Covid-19, le secteur des carburants connaît à l’échelle mondiale une hausse de l’offre d’environ 10 millions de barils par jour, entraînant une augmentation du stock de la réserve mondiale de 30% depuis l’entrée en vigueur du confinement dans les différents pays du monde », a déclaré M. Rebbah dans un exposé consacré aux « Implications des changements du marché mondial de pétrole sur le marché des carburants intérieur à la lumière de la pandémie du Coronavirus ».

Ces multiples facteurs ont entraîné une baisse significative du prix du brut Brent, depuis fin décembre 2019, en raison de l’offre abondante, de la carence de la demande et de l’emplissage des stocks de réserves, a-t-il ajouté.

Il a souligné, par la suite, que la consommation nationale du carburant a connu, au cours de la dernière décennie, un taux de croissance annuel estimé à 3% pour s’établir à 11,31 millions de tonnes fin 2019, notant que le Maroc est l’un des plus grands consommateurs de gaz butane au niveau individuel dans le monde. Dans le même registre, il a déclaré que la réduction de la circulation et le ralentissement de l’activité industrielle depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire le 20 mars 2020 ont eu un impact significatif sur l’activité des sociétés de distribution de carburants, marquée par une forte baisse des ventes de carburant, estimée à 70% dans certaines régions, et une baisse des ventes du fuel et du carburant pour avions suite à l’arrêt du trafic aérien. 

Spécificités du marché des carburants

Dans son exposé, M. Rebbah a mis l’accent, en outre, sur les spécificités du marché national des carburants, marqué par la diversité des sources d’importation (États-Unis, Europe, Russie, Moyen-Orient et Inde ...), la multiplicité des entreprises opérant dans le secteur national et mondial, la libéralisation de l’importation des produits pétroliers, la variation des points d’importation, et la disponibilité d’entrepôts de stockage au niveau des ports d’importation et à l’intérieur du territoire national.

De même, dans son exposé au parlement, M. Rebbah a indiqué que les capacités de stockage ont été réalisées avec une capacité de 206.000 m3, nécessitant un investissement d’environ 415 millions de dirhams au cours de 2017- 2019, et des projets ont été programmés pour mettre en place des entrepôts de stockage de produits pétroliers d’une capacité totale de 992.000 m3, pour près de 3.164 MDH durant 2017-2022. Le ministre de tutelle a fait savoir, également, qu’un projet est programmé pour atteindre une capacité supplémentaire de stockage de gaz butane d’une capacité de 200.000 m3 dans des cavités salines. Le projet devrait être opérationnel durant 2023. 

De même, les capacités de stockage de la société Samir (société marocaine de l’industrie du raffinage) sont sollicitées, en vue d’élargir les réserves, a affirmé M. Rebbah.

Par ailleurs, pour assurer la sécurité énergétique, il a mis l’accent sur l’importance d’encourager le secteur privé. A ce titre, il a proposé l’ouverture de l’importation pour les entreprises privées, la constitution de stocks stratégiques dans différentes régions, l’autorisation de deux nouvelles sociétés de distribution des hydrocarbures, et l’ouverture de nouveaux entrepôts pour le stockage.

Le ministre de tutelle a appelé également à la restructuration du processus de contrôle qualité des hydrocarbures raffinés et des carburants au gaz naturel, par la mise en place d’un système de suivi et d’étiquetage pour contrôler la disponibilité et la qualité des hydrocarbures raffinés et du gaz naturel…

A. CHANNAJE 

Repères

Un projet de décret dédié à la région minière de Tafilalet et Figuig
Le projet de décret 2.18.442 portant application de la loi 74.15 relative à la région minière de Tafilalet et Figuig, adopté en Conseil de gouvernement, permettra d’y favoriser la dynamique économique en améliorant les performances du secteur minier et en assurant l’attractivité des investissements, en particulier en cette conjoncture. C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’Energie, des Mines et de l’environnement, Aziz Rebbah. Il s’agit de faire du secteur minier un pilier essentiel de développement dans la région de Tafilalet et Figuig, riche en ressources minières prometteuses dont la majeure partie n’a pas encore fait l’objet de prospection, a souligné le ministre qui présentait le texte lors d’une réunion jeudi dernier par visioconférence du Conseil de gouvernement.
Marché mondial avant et après Covid-19
Pendant la pandémie du Coronavirus, la production mondiale de pétrole reste élevée en raison de la concurrence entre les producteurs et le désaccord entre les membres de l’OPEP. Pendant cette crise aussi, les plus grands producteurs sont l’Arabie Saoudite, la Russie, et les ÉtatsUnis. Quant à la consommation mondiale de pétrole brut, elle a diminué de 30%. Les plus gros consommateurs étaient la Chine, les États-Unis et l’Inde. Dans son exposé au Parlement, le ministre chargé de l’Energie, Aziz Rebbah, a fait savoir aussi qu’en raison du confinement, le stock mondial de pétrole brut a augmenté alors qu’il atteignait des niveaux sans précédent. Avant le déclenchement de la crise du Coronavirus, la production mondiale de pétrole brut a été d’environ 100 millions de barils par jour au cours des deux dernières années.
Le pétrole en hausse avant la prochaine réunion de l’OPEP 
Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, les investisseurs espérant une prolongation des coupes drastiques de la production d’or noir lors du prochain Sommet de l’OPEP qui pourrait être avancé à cette semaine. Lundi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août s’est établi 39,57 dollars à Londres, en progression de 3,3% ou 1,25 dollar par rapport à la clôture de lundi.