L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Conso & Web zone

Le blues post-vacances : une réalité pour de nombreuses personnes


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 28 Août 2022

Voilà... c’est fini. Malheureusement, les vacances ne peuvent pas durer éternellement. Même les meilleures choses ont une fin. Après une, deux, trois, voire quatre semaines de congé, le retour à la réalité peut se révéler un peu violent. Pourquoi la rentrée est source d’angoisse chez certaines personnes ? Comment surmonter cette déprime post-vacances ? On vous donne plein d’astuces et de conseils pour surmonter le blues de la rentrée.



Le blues post-vacances : une réalité pour de nombreuses personnes
Vous venez de passer de merveilleuses vacances, mais une fois de retour, votre vie vous semble monotone et sans intérêt. Cette période s’accompagne souvent de sentiment de stress, de malaise et même d’angoisse. C’est ce qu’on appelle le blues post-vacances. Près de deux personnes sur dix souffriraient du blues du retour de vacances, avance Dr Rokia Benbrahim, psychologue.

« Un chiffre en constante augmentation car de plus en plus de personnes vivent mal leur travail et appréhendent donc ce retour », indique la psychologue. Mais ce n’est pas tout, les vacances seraient propices aux questions existentielles et à un relâchement du corps et de l’esprit, incompatibles avec une reprise sur les chapeaux de roue au bureau. L’abattement qui marque la fin des vacances est un ressenti aussi courant que passager.

Pour le surmonter, il ne s’agit pas de l’ignorer mais de trouver des astuces pour le gérer au mieux. « Ce vague à l’âme éphémère, qui peut prendre la forme d’une grande fatigue accompagnée d’une humeur maussade, voire dépressive, est principalement dû au changement de rythme radical entre le programme des vacances, centré sur nous et nos envies, et le rythme imposé par le cadre professionnel avec la reprise des responsabilités et autres obligations », explique Dr Benbrahim.

« Cette adaptation est parfois brutale, mais avec un peu de bienveillance envers nous-même, elle peut se faire en douceur. Il suffit de bien l’anticiper pour en atténuer les effets », ajoute-t-elle.

Retour de vacances : comme une envie de changer de vie…

Plus les coupures avec le travail sont longues, c’est-à-dire à partir de deux semaines et plus, plus elles favorisent les questions existentielles. « Les vacances d’été laissent place à la créativité et à la découverte de nouvelles choses qui ont tendance à remettre en question notre propre vie. Ce temps de rupture estivale est ainsi favorable à l’introspection. Or, cette introspection suscite de l’angoisse quand on sait que ce qui nous attend à la rentrée n’a rien à voir avec ce à quoi on rêve en étant en vacances », développe la spécialiste. Les vacances d’été ne seraient donc pas le bon moment pour s’interroger sur sa vie.

Brutalité de la reprise au lendemain du retour

Outre les questions existentielles, les vacances d’été s’accompagnent d’un relâchement prolongé, impossible le reste de l’année à cause d’obligations diverses. Problème, quand la reprise du travail doit se faire le lendemain du retour de vacances, le changement de rythme est si brutal qu’il provoque angoisse et appréhension. « En voulant optimiser au maximum leurs congés payés, certaines personnes reprennent le travail le jour suivant leur retour de vacances et s’infligent une reprise brutale qui ne respecte pas leurs rythmes biologiques. Le cerveau passe du mode ‘détente’ au mode ‘travail’ de façon soudaine, sans aucun échauffement préalable », constate Dr Benbrahim.

Se préparer mentalement, petit à petit

« Ce n’est pas non plus en vous enfermant dans le déni pendant vos vacances que le retour au travail sera plus facile… Ainsi, il vaut mieux préparer et anticiper son retour pour qu’il se passe au mieux », souligne la psychologue. Pour ce faire, elle conseille de rentrer quelques jours avant la reprise (deux ou trois) afin de reprendre un rythme, de retrouver sa routine et ainsi mieux se projeter dans la première semaine de travail qui nous attend. Évitez si possible de reprendre le travail ou les cours le lendemain de votre retour de voyage. « Plus vous aurez le contrôle sur la transition vacances-travail, moins vous déprimerez », insiste-t-elle.

Bien organiser sa reprise : anticiper la « To-Do » liste

Le retour au travail ne rime pas forcément avec stress et To-Do List à rallonge. Si vous n’avez pas eu le temps de vous organiser avant de partir et que le stress pré-rentrée est insurmontable, octroyez-vous un peu de temps pendant vos vacances pour faire le point et échafauder votre To-Do. Privilégiez une reprise en douceur au bureau en vous octroyant des moments de pause dans la journée. En dehors du travail, consacrez du temps à des activités « plaisir » comme le sport, la lecture, le cinéma, les sorties entre amis… Cela vous permettra de décompresser après le boulot et surtout de ne pas vous focaliser sur votre activité professionnelle.



Meryem EL BARHRASSI


Échapper au blues : pour ceux qui ont déjà un pied dans la rentrée
 
La rentrée, c’est l’occasion de faire le point sur nous-même, sur nos envies de changement et nos besoins. L’idéal : repartir sur de nouvelles bases après avoir fait un petit bilan de notre année et se fixer les objectifs que nous aimerions atteindre pour celle à venir. Mais attention aux résolutions impossibles à tenir : si vous souhaitez vous en fixer, il faut que la liste soit courte et qu’elles soient en lien avec vos motivations profondes. Il est aussi vivement conseillé de s’organiser autrement en se prévoyant des vrais temps de pause dans notre journée. Pause déjeuner, marche dans le quartier, sport... organiser sa journée pour finir un peu plus tôt… La reprise sera ainsi plus douce et vous serez plus connectés à vos émotions, sans les subir.
 



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News