Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Maroc et la Hongrie renforcent leur coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire


Rédigé par Achraf EL OUAD le Vendredi 3 Septembre 2021

Un mémorandum d’entente a été signé visant le renforcement de la collaboration bilatérale à différents niveaux entre les deux pays.



Le Maroc et la Hongrie renforcent leur coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire
Le protocole d'accord vise à renforcer la coopération entre les deux pays concernant la formation de l'industrie nucléaire et l'éducation concernant les utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire.

En vertu de cet accord, les deux parties visent à faciliter l'établissement d'une coopération à long terme sur les applications, l'éducation et la formation en science et technologie nucléaires tout en élaborant des programmes d’échange d’étudiants, professeurs et doctorants entre les universités marocaines et hongroises avec la participation de différents instituts de recherche.

La coopération entre les deux pays, selon un communiqué de presse, permettra aux deux signataires de collaborer étroitement pour développer des programmes de formation et d'éducation coopératifs, en particulier dans les domaines du développement de la recherche fondamentale et appliquée, de la science et de la technologie nucléaires et de la réglementation des utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire.

Le partenariat vise également le développement de la capacité industrielle locale à travers la coopération commerciale entre les fournisseurs de biens et services des deux pays.
Il convient de rappeler que le Centre national de l'énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN) et le Centre hongrois de recherche énergétique ont signé, le 20 janvier, un accord de collaboration visant à renforcer la coopération entre les deux centres de recherche dans le domaine de l'énergie nucléaire.

À l'époque, Miklos Tromler avait publié sur son compte Tweeter que l'objectif de l'accord était d'établir « des projets concrets dans les domaines de l'énergie nucléaire, de l'alimentation, de l'agriculture et de la médecine ».