Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La langue amazighe bientôt intégrée dans le système judiciaire


Rédigé par Safaa KSAANI le Mercredi 24 Juin 2020

Aujourd’hui a eu lieu, entre le ministère de la Justice et l'IRCAM, un accord qui va faire date. Il s’agit non moins de l’intégration de la langue amazighe dans le domaine de la justice.



La langue amazighe bientôt intégrée dans le système judiciaire
Le ministère de la Justice et l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) viennent de signer un accord de coopération et de partenariat visant l'intégration de la langue amazighe dans le système judiciaire. Désormais, l’RCAM accompagne le ministère dans la sélection et la formation des cadres qualifiés dans les domaines de l'interprétariat, la traduction des documents et textes administratifs et juridiques vers la langue amazighe, ainsi que l'élaboration d'un lexique du système judiciaire.

Ledit accord permettra de développer la qualité des services judiciaires et administratifs destinés aux usagers, en accompagnant le ministère dans l'organisation de sessions de formation en langue amazighe au profit de son personnel, en particulier celui des front-offices et des centres d'accueil et de réclamations, ainsi que dans la formation des huissiers de justice, des fonctionnaires et des personnes exerçant des professions judiciaires.

Intervenant à cette occasion, le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader a indiqué que « le ministère a élaboré son propre plan d'action sur la manière et les étapes de l'intégration de la langue amazighe dans le système judiciaire, comportant certaines procédures méthodologiques, notamment la signature de cet accord, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi organique 26-16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'amazighe, ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique ».

Pour sa part, le doyen de l'IRCAM, Ahmed Boukous a affirmé que l'accord s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution, en particulier l'article 5 qui stipule que l'amazighe est une langue officielle à côté de l'arabe, et sur la base de la loi organique 26-16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'amazighe, ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique, en particulier le domaine de la justice et le système judiciaire.

En vertu de cet accord, un guide de référence pilote, pour la formation dans le domaine de la langue amazighe et du renforcement de la formation de base en la matière au sein de l'Institut Supérieur de la Magistrature, sera élaboré, notamment pour les huissiers de justice et les fonctionnaires du ministère, en programmant des sessions de formation continue en langue amazighe.

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 29 Novembre 2020 - 12:42 BAM : le dirham s'apprécie de 0,36 au dollar