Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La hausse du chômage se poursuit…les jeunes, grandes victimes de la conjoncture


Rédigé par S.A le Mardi 3 Août 2021

Malgré les plans de relance engagés par le gouvernement, le taux de chômage a maintenu sa tendance à la hausse enregistrée au cours de la même période de l’année précédente, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une relative à la situation du marché de travail au deuxième trimestre de l'année 2021.



Le nombre de chômeurs a augmenté de 128.000 personnes entre le deuxième trimestre de l’année 2020 et celui de 2021, passant de 1.477.000 chômeurs à 1.605.000, ce qui correspond à une augmentation de 9%, précise le HCP, soulignant que cette hausse, résultant d’une réduction de 100.000 chômeurs en milieu rural et d’une augmentation de 228.000 en milieu urbain.
 
Malgré les plans de relance engagés depuis plus de 6 mois, le taux de chômage a maintenu sa tendance à la hausse enregistrée au cours de la même période de l’année précédente. Il s’est accru de 0,5 point entre les deuxièmes trimestres de 2020 et de 2021, passant de 12,3% à 12,8% au niveau national, il a enregistré une forte hausse en milieu urbain, passant de 15,6 à 18,2%, et une baisse en milieu rural de 7,2% à 4,8%, précise-t-on de même source.
 
Sans surprises, les jeunes diplômés sont une fois de plus les grandes victimes de la conjoncture. Le taux de chômage auprès de cette catégorie de Marocains a enregistré une hausse de 2,2 points, passant de 18,2% à 20,4% entre les deuxièmes trimestres de 2020 et de 2021. Ce sont les diplômés de niveau supérieur qui ont enregistré la hausse la plus importante de 3 points, avec un taux passant de 22,3% à 25,3%, Le taux de chômage des diplômés de niveau moyen a, de son côté, augmenté de 1,8 points pour atteindre 17,6%.
 
Baisse timide du sous-emploi
 
Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a baissé de 360.000 au niveau national, entre le deuxième trimestre de 2020 et la même période de 2021, selon la note du HCP. Il est passé de 1.359.000 à 999.000 personnes, de 753.000 à 551.000 personnes dans les villes et de 606.000 à 448.000 à la campagne.

Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 13% à 9,2% au niveau national, de 12,2% à 8,9% en milieu urbain et de 14,1% à 9,5% en milieu rural, ajoute la même source.

S’agissant du volume de la population active occupée en situation de sous-emploi lié au nombre d’heures travaillées, il a baissé de 957.000 à 470.000 personnes au niveau national. Le taux correspondant est passé de 9,1% à 4,3%.

La population active occupée en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé est passée de 402.000 à 529.000 personnes au niveau national. Le taux correspondant est passé de 3,8% à 4,9%.