Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La DGAPR dément les accusations du youtubeur « 3robi f Merican »


Rédigé par Anass Machloukh le Jeudi 6 Mai 2021

Suite aux allégations du youtubeur « 3robi f Merican », récemment libéré de prison, la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion a réagi à ses propos sur ses conditions de détention et son état de santé. Détails



La DGAPR dément les accusations du youtubeur « 3robi f Merican »

Après avoir été libéré ce jeudi de la prison Oukacha de Casablanca, le youtubeur Chafik Omerani, , alias « 3robi f Merican », a dénoncé publiquement « de mauvaises conditions de traitement » lors de sa détention, indiquant qu’il a perdu plus de 33 kilogrammes suite à la grève de faim qu’il a entamée. Ces allégations ont été infirmées par la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) qui a tenu de préciser, dans un communiqué, que ce dernier n’a perdu que 19 kilogrammes durant durée de détention.

Concernant ses conditions de détention, la DGAPR a démenti « les allégations mensongères » du youtubeur, qui avait prétendu qu’il était placé dans une cellule aux côtés de 22 personnes durant les premiers jours de sa détention. Dans son communiqué, la direction explique que ce dernier a été placé dans une cellule comprenant seulement quatre personnes, avant d’être transféré dans une cellule individuelle pour suivre son état de santé après s’être abstenu de manger.

La DGAPR a souligné également que la grève de faim n’a pas affecté l’état de santé de Chafik Omerani aussi dangereusement qu’il l’a prétendu à sa sortie de prison où il a purgé une peine de trois mois.

Rappelons que le youtubeur qui vivait aux Etats unis, a été arrêté le 6 février à son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, et puis condamné à une peine de trois de prison et une amende, pour avoir publié des vidéos insultantes et diffamantes envers les institutions constitutionnelles et les agents publics.