L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

L'Opinion : Ressources hydriques, cap vers l’efficience


Rédigé par Amine ATER le Dimanche 23 Janvier 2022



L'Opinion : Ressources hydriques, cap vers l’efficience
La gestion des ressources en eau et la lutte contre le stress hydrique représentent des chantiers parmi les principaux au Royaume, depuis son indépendance. En témoigne la politique des barrages qui a fait du Maroc une référence au niveau continental en matière de gestion des ressources hydriques.

Aujourd’hui, face aux aléas du changement climatique, à la baisse des précipitations ou encore à l’augmentation attendue des besoins nationaux en eau (notamment au niveau industriel), le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, vient d’annoncer l’adoption d’une nouvelle gestion intégrée de l’eau tant au niveau des producteurs que des consommateurs.

Un nouveau process doté d’une enveloppe de 1 milliard de DH qui vise à « assurer un usage plus efficace, plus efficient et plus rentable, ce qui garantira, à moindre coût, l’eau potable à l’ensemble des citoyens, ainsi que l’eau dédiée à l’irrigation et à l’ensemble des activités économiques ». Parallèlement, un plan d’urgence 2021-2022 a été mis en place pour garantir l’approvisionnement en eau potable dans les bassins hydrauliques de la Moulouya, de l’Oum Er-Rbia et du Tensift qui mobilisera en tout un budget de 2,42 milliards de DH.

Le Royaume devra ainsi mener bataille sur deux fronts pour s’assurer une gestion efficiente et résiliente de ses ressources hydriques, d’un côté pour éviter une pénurie dans les régions les plus exposées au stress hydrique, et, de l’autre, pour démarrer une nouvelle stratégie capable d’assurer un accès équitable à l’eau à moyen et long termes. Une vision qui ne devra pas se limiter seulement aux besoins agricoles et domestiques, mais qui devra également intégrer la montée en régime programmée de l’industrie nationale dont plusieurs segments nécessiteront des quantités importantes d’eau dans leurs process de production.

La suppression programmée de la gestion déléguée en eau et électricité devrait également avoir son rôle à jouer dans la question. En d’autres mots, pour atteindre l’efficience hydrique, synonyme de souveraineté en la matière, c’est un effort d’intelligence collective, intégrant acteurs publics et privés, qu’il sera nécessaire d’activer.


Amine ATER



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 9 Août 2022 - 16:28 A la recherche du blé précieux !

Lundi 8 Août 2022 - 15:53 Pour une génération d’étudiants 4.0






🔴 Top News