Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Reprise de l’emploi… ça piétine !


Rédigé par Saâd JAFRI le Mercredi 3 Novembre 2021


L'Opinion : Reprise de l’emploi… ça piétine !
Sous le triple coup de la sécheresse, du Covid et des politiques gouvernementales lacunaires mises en place depuis une décennie, le marché marocain du travail a connu un coup de massue provoquant une crise relativement insurmontable, du moins à court terme. En dépit des prévisions macro-économiques prometteuses, après une saison agricole boostée par un ciel généreux et conjuguée au rebond de l’activité industrielle, du commerce et des services, la cartographie nationale du marché de l’emploi connaît une reprise en pointillé, comme en témoigne le taux de chômage qui a timidement décru de 0,9 point entre les troisièmes trimestres de 2020 et de 2021.

C’est ce qui ressort de la note de l’institution d’Ahmed Lahlimi Alami qui s’invite au débat public dans la foulée de l’examen du Projet de Loi des Finances 2022, démontrant de manière limpide la fragilité du tissu économique et relevant que les développements positifs de certains secteurs ne sont pas suffisamment denses pour redresser la barre de la structure économique.

On relève également la situation précaire des jeunes diplômés du supérieur qui restent, toujours et encore, les plus grandes victimes de la conjoncture avec un taux de chômage en hausse tendancielle atteignant les 25,7%, au moment où les nondiplômés voient de plus en plus les opportunités émerger. Une tendance qui traduit l’incapacité de l’économie nationale à produire des emplois qualifiés, surtout dans la mesure où les personnes qui disposent d’un baccalauréat sont considérées comme des diplômés du supérieur par le HCP.

Pour remédier à ces problèmes qui nourrissent frustration et mécontentement populaire, l’Exécutif a, certes, mis en place une feuille de route optimiste, confortée par des chantiers titanesques avec l’ambition de générer 250.000 emplois en deux ans. Toutefois, ce n’est pas d’un coup de baguette magique que les défaillances d’une économie qui a vu sa capacité à créer des richesses et des emplois s’essouffler progressivement depuis les années 2000 vont disparaître, d’autant qu’elle a dégringolé davantage durant les deux dernières mandatures.

Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Décembre 2021 - 15:36 Maroc-Algérie : gazon béni, gazon maudit

Mardi 7 Décembre 2021 - 14:51 L'Opinion : Volonté de bien faire !