Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Nous aurions pu faire mieux !


Rédigé par Saâd Jafri le Dimanche 8 Août 2021


L'Opinion : Nous aurions pu faire mieux !
Cela fait plus d’un an et demi que le Covid s’est incrusté dans nos vies, faisant des milliers de contaminés par jour, tuant des centaines de personnes par semaine et mettant une pression sans précédent sur nos établissements sanitaires.

Un drame porteur de plusieurs leçons, dont les plus marquantes, et non des moindres, sont la réactivité et l’anticipation, qui se traduisent par la prise de décision rapide, mais surtout efficace. Un volet sur lequel le gouvernement était et reste encore très lacunaire. En témoigne la grande polémique sur les tests salivaires rapides, retirés le 14 juillet des officines à la demande de la Direction du Médicament et de la Pharmacie, mais qui, pourtant, continuent à être commercialisés sur le Net et par des médecins particuliers à des prix exorbitants, au préjudice du pouvoir d’achat des citoyens.

Le manque de réactivité se manifeste également par la procédure kilométrique pour autoriser la commercialisation de ces dispositifs, dans un contexte marqué par une recrudescence affolante des contaminations, sachant que la tutelle leur a accordé un certificat d’enregistrement le 3 juin 2021.

Le manque d’anticipation, quant à lui, peut être perçu par le fait qu’après tous ces mois de pandémie, les pharmaciens ne sont toujours pas autorisés à vendre ou effectuer les tests de dépistage rapide, sachant que sous d’autres cieux les autotests sont devenus monnaie courante. À cela s’ajoute la non-définition d’un cahier de charges au préalable - fixant les modalités de vente - avant d’octroyer un certificat d’enregistrement auxdits tests, créant davantage l’anarchie dans un milieu déjà surmené par la crise.

Résultat des comptes : le Marocain lambda paye au prix fort le prix de l’attentisme et de la bureaucratie étouffante non adaptée à la conjoncture.

Ainsi, au lieu de payer quelque 100 dirhams pour se faire tester au Covid, il se retrouve devant une double contrainte : payer un PCR à 700 dirhams, acheter un test rapide en noir à 300 dirhams ou prendre la queue  interminable devant les Centres offrant des tests gratuits …Dommage, nous aurions pu faire mieux !
 
Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 15:41 L'Opinion : Souveraineté & guerre économique