Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Double contrainte


Rédigé par A.A. le Lundi 12 Juillet 2021


L'Opinion : Double contrainte
Le spectre d’une troisième vague plane sur le Royaume, alors que le niveau de contamination reprend de plus belle et que la campagne de vaccination vient tout juste de cibler les trentenaires. L’inclusion de la France et de l’Espagne dans la liste B a de son côté eu l’effet d’une bombe vu le nombre conséquent de MRE qui y résident. Le variant Delta met ainsi les autorités dans une position plus qu’inconfortable. Le gouvernement se retrouve devant un choix cornélien entre protéger la population ou l’économie et sa relance.

A quelques jours de l’Aïd et au début d’une saison estivale dont dépend la survie d’une bonne partie du secteur touristique, les autorités devront trancher entre durcir les mesures de l’état d’urgence sanitaire ou maintenir le statu quo. L’économie de l’Aïd représente un apport estimé à 10 milliards de DH pour le monde rural, sans compter tout l’écosystème éphémère qui se met en place dans l’ensemble des villes du Royaume. Du côté du tourisme, le secteur dont l’offre reste majoritairement estivale, a vu ses recettes fondre de 65,7% lors des quatre premiers mois de l’année, équivalent à une perte de 12,3 milliards de DH !

Bien que depuis le début de la pandémie, le Royaume ait opté à raison pour la protection de sa population quel qu’en soit le prix, les efforts conséquents consentis pour inciter les MRE à passer leurs vacances au Maroc sont un indicateur de la nécessité de cette manne pour l’économie nationale.

La question qui se pose est de savoir si le Maroc a toujours les moyens de prioriser son modèle de prévention, alors que la population inondée d’un flux d’informations contradictoires ne cache plus sa lassitude. Seule une communication claire et franche des autorités sanitaires, conjuguée à un renforcement du rythme de la vaccination, pourrait nous éviter un scénario catastrophe à la tunisienne.
 
Amine ATER

  



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 30 Novembre 2021 - 14:58 Tourisme local : oui, mais à quel prix ?