Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

L'IRCAM aux sonorités de la langue maternelle

Paix et intégration


Rédigé par la rédaction le Mercredi 26 Février 2020



L'IRCAM aux sonorités de la langue maternelle
L'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) a célébré, à Rabat, la Journée internationale de la langue maternelle sous le signe : "L'édification de la paix, de l'intégration et de la durabilité à travers la promotion des langues maternelles".
 
Proclamée par la Conférence générale de l'UNESCO en novembre 1999, la Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année, depuis février 2000, afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme.
 
L’événement, organisé en coordination avec le bureau de l'UNESCO à Rabat, l'ambassade du Bangladesh au Maroc, la Faculté des sciences de l'éducation -Université Mohammed V- et l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), s'inscrit dans le cadre de la valorisation du rôle des langues maternelles dans la consolidation des valeurs de paix et de dialogue entre les cultures, les religions et les civilisations.
 
La Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a mis en exergue, dans une allocution lue en son nom par la représentante de l'Organisation au Maroc, Sanae Allam, l'importance de la célébration de la Journée internationale de la langue maternelle et de la diversité culturelle.
 
L'UNESCO est consciente de l'importance de la diversité culturelle et linguistique dans l'édification de sociétés durables, a-t-elle ajouté, faisant savoir que l'Organisation onusienne oeuvre à la préservation des différences culturelles et linguistiques, dans le but de conforter les valeurs de tolérance et du respect d'autrui.
 
Le recteur de l'IRCAM, Ahmed Boukous, a souligné, dans une déclaration à la presse, que la langue maternelle, acquise dès l'enfance, reflète "notre identité", d'où la nécessité de promouvoir son apprentissage au niveau de l'école.
 
Par ailleurs, il a mis en avant les efforts déployés par le Bangladesh pour préserver sa langue maternelle, ajoutant en outre que l'Institut célèbre cette journée à travers l'organisation d'activités artistiques et culturelles.
 
En réponse, l'ambassadrice du Bangladesh au Maroc, Sultana Laila, a indiqué que le mouvement linguistique a constitué un événement historique et national dans son pays, expliquant que ce mouvement vise à protéger le patrimoine et l'identité nationale et culturelle du Bangladesh.
 
La diplomate a relevé l'importance pour chaque peuple d'exprimer ses idées et ses sentiments avec sa langue maternelle qui doit être préservée à travers les générations.
 
Pour sa part, Ali El Menouar, de la Faculté des sciences de l'éducation -Université Mohammed V-, a souligné le rôle joué par l'IRCAM dans la préservation de l'identité et la langue amazighes, relevant que la langue constitue un moyen pour promouvoir le patrimoine immatériel.
 
Cette manifestation a été ponctuée par des activités artistiques et des lectures poétiques en différentes langues représentant les différents participants.

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Mai 2020 - 19:09 Quel est le sort de la culture ?

Samedi 23 Mai 2020 - 15:40 Célébrons tous ensemble la musique