Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

[Interview avec Ahmed Kamal Archane, membre de l’Alliance des Ingénieurs Istiqlaliens et spécialiste des TIC] «La pénurie des semi-conducteurs est due à la guerre commerciale sino-américaine»


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 2 Août 2021

Depuis le déclenchement de la pandémie, des tensions sur le marché des composants électroniques relatifs à plusieurs industries ont affecté les productions de grands groupes automobiles et des géants de la tech. Décryptage.



- Au cours des derniers mois, de nombreux rapports ont fait état d’une pénurie d’approvisionnement en puces électroniques. Une pénurie qui a touché presque tous les secteurs. Quelles en sont les principales causes, selon vous ?

- D’une manière globale, cette pénurie est liée principalement à la forte demande en matériel électronique (PCs, Smartphones, Consoles de jeux, objets connectés), à l’accélération de la transformation digitale, à l’émergence de l’industrie 4.0 ainsi qu’au déploiement de la 5G et aux voitures électriques qui demandent plus de composants en semi-conducteurs.

Toutefois, la pénurie est due à une série de facteurs, à commencer par la guerre commerciale sino-américaine, la fermeture des usines au début de la pandémie, mais surtout la forte demande générée par la transformation digitale suite au Covid-19. Avant la pandémie, la guerre commerciale entre la Chine et les USA a participé à cette pénurie.

Cette bataille commerciale dans le domaine des nouvelles technologies a poussé des géants chinois, tel que Huawei, à stocker des semi-conducteurs auprès des fournisseurs, en particulier pour sécuriser la fabrication des terminaux et équipement de la 5G. D’autre part, les sociétés américaines ont commencé à chercher des alternatives d’approvisionnement dans d’autres pays que la Chine suite à la mise en opposition des fournisseurs chinois par le gouvernement américain. Ceci a ramené la crise, et donc la pénurie, en dehors des territoires chinois et américain.

Depuis le déclenchement de la pandémie, en décembre 2019, la crise a commencé par la fermeture des usines dans le pays des principaux fournisseurs des semi-conducteurs (Chine, Taiwan, Corée du Sud, Europe, etc.). La reprise a remis une forte pression à cause du retard des livraisons. De plus, la pandémie a imposé un nouveau mode de vie par rapport au télétravail, à l’enseignement à distance, etc., ce qui a impliqué une forte consommation des produits électroniques (PCs, Smartphones, et ainsi de suite).


- Quels sont les secteurs les plus touchés par la pénurie des semi-conducteurs ?

- Cette pénurie est mondiale et touche pratiquement à tous les secteurs, en impactant les chaînes de production pour lesquelles les puces sont un élément essentiel, tels que l’automobile, les télécommunications, l’informatique, les produits de consommation électroniques, le médical, etc.

Toutefois, cette situation a significativement affecté le secteur automobile, avant de s’étendre à la fabrication et à la fourniture de certains appareils électroniques grand public. Désormais, cette pénurie entraîne un risque de retard dans la fourniture de produits ou de projets nationaux structurants tels que les pièces d’identité électronique et les infrastructures nationales de la digitalisation.

Concernant le secteur de l’automobile, les perspectives des ventes automobiles mondiales prévoient une reprise continue après les blocages dus au Coronavirus, mais à un rythme plus lent que ne le suggère le premier rallye explosif, entravé par la pénurie de semi-conducteurs.


- Cette pénurie risque-t-elle de durer et quel est son impact sur le marché des semi-conducteurs ?

- Les analystes du secteur pensent que cette pénurie pourrait se poursuivre jusqu’au deuxième trimestre 2022 et au-delà. Avec le recours au télétravail et aux alternatives offertes par la digitalisation dans les différents domaines en raison de Covid-19, l’année 2020 s’est terminée avec une croissance annuelle pour les semi-conducteurs estimée à +10,4%, principalement en raison de la forte demande sur les produits électroniques tels que PCs, Smartphones 5G, téléviseurs LCD, jeux, mise en réseau/WiFi, DataCenters/serveurs. Selon plusieurs rapports, la croissance en 2021 sera autour de 11% par rapport à 2020. D’autre part, l’augmentation des prix des semi-conducteurs est estimée de 20 à 30%.


- La capacité de production des semi-conducteurs a-t-elle augmenté actuellement ?

- Il faut dire que la chaîne logistique des semi-conducteurs, monopolisée par quelques acteurs et concentrée dans quelques pays, a montré ses limites pour réagir à de telles situations. En effet, le secteur des semi-conducteurs a connu une émergence d’acteurs spécialisés dans une ou quelques parties de la chaîne de production des semi-conducteurs : de la matière première, le design des softwares, les équipements de production, les tests, le packaging, etc.

Cette spécialisation a impliqué une concentration de sociétés monopoles par spécialisations et localisées dans peu de pays (Chine, États-Unis, Corée du Sud, Taiwan, etc.). Cette concentration a montré ses limites en termes de flexibilité et en termes de résilience parce qu’incapable de réagir face à des crises imprévues comme le Covid.

En outre, la situation actuelle a créé un cercle vicieux pour augmenter les capacités de production. Les fournisseurs des semi-conducteurs ont besoin d’équipements pour produire plus de circuits intégrés.


- Quelles réactions étaient entreprises par les États pour faire face à cette pénurie ?

- D’abord, il y a eu une prise de conscience générale. On peut dire que cette situation a soulevé un risque stratégique de souveraineté numérique, ou de souveraineté tout court, dans un contexte de guerre technologique et industrielle.

De ce fait, on peut remarquer des réponses d’États pour sécuriser la production nationale en matière de semi-conducteurs, comme ce fut le cas de la Chine, des États-Unis et de l’Union Européenne, qui ont pris conscience de cette pénurie et l’importance de sécuriser la demande interne des semi-conducteurs. Ces stratégies se traduisent par des plans d’investissements nationaux pour augmenter les capacités de production nationales ou des opérations d’acquisition par des acteurs nationaux en vue de répondre à la demande locale.
 
Recueillis par Safaa KSAANI

 


Analyse de stratégies

Vers l’augmentation de la production des semi-conducteurs
 
Pour répondre aux besoins des marchés nationaux et augmenter la capacité de production des semi-conducteurs, l’entreprise américaine Intel envisage d’acquérir Global Foundries à 30 milliards de USD dans l’ambition, à long terme, de stimuler la fabrication de puces pour d’autres entreprises, en cas par exemple de pénurie mondiale de semi-conducteurs. Du côté de Samsung, on se prépare à lancer un projet de 17 milliards de dollars visant à créer davantage d’emplois et de recherche dans la fabrication de semi-conducteurs dans le pays.

Sur l’échelle internationale, la Chine a financé une deuxième phase de son Fonds national d’investissement dans l’industrie des circuits intégrés pour établir l’autosuffisance dans la production de semi-conducteurs en mettant l’accent sur le noeud de processus CMOS 28 nm, probablement d’ici deux ans.

Aux États-Unis d’Amérique, le président américain est prêt à supporter le secteur des semi-conducteurs en investissant 2300 milliards de USD.

Pour sa part, l’Union Européenne réfléchit à former une alliance entre plusieurs industriels européens dans le cadre d’une stratégie visant à multiplier par deux sa production d’ici à 2030. STMicroelectronics, NXP, Infineon et ASML seraient concernés par ce projet.
S. K.