Menu
L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal



Actu Maroc

Hausse des prix : treize produits sous la loupe du Conseil de la Concurrence


Rédigé par Anass Machloukh le Samedi 16 Avril 2022

Le Conseil de la Concurrence va procéder à l’examen de treize produits de première nécessité après la hausse des prix observée dans les marchés. Le Conseil s’est auto-saisi sur cette question tel qu’annoncé dans une nouvelle note de référence. Détails.



Hausse des prix : treize produits sous la loupe du Conseil de la Concurrence
Comme annoncé dans une interview précédente, le Conseil de la Concurrence s’est penché formellement sur la question de la hausse des prix qui agite les marchés nationaux sur fonds d’une inflation mondiale galopante. Le Conseil d’Ahmed Rahhou n’a pas attendu qu’il soit saisi par une institution et s’est auto-saisi pour examiner en profondeur la flambée des prix des intrants et matières premières au niveau mondial et ses conséquences sur le fonctionnement concurrentiel des marchés nationaux et en savoir les tenants et aboutissants. L’objectif de toute démarche pareille est clair : savoir si les hausses des prix observées actuellement dans le marché national sont dues uniquement à des facteurs exogènes ou existe-t-il des manipulations des prix, des ententes ou des abus passibles de sanctions du droit de la concurrence, en l’occurrence la loi 104-12.

Pour disséquer les raisons derrière l’inflation actuelle, le Conseil a basé son analyse sur l’étude des causes de l’évolution récente des prix au niveau mondial et son impact sur le marché marocain. Évidemment que le Maroc est impacté du moment que son économie est libéralisée et très ouverte sur l’économie mondiale. A cela s’ajoute le fait que le Royaume importe la majeure partie de ses besoins en matières premières. Rappelons que le Maroc dépend totalement des importations en gasoil, essence et Fuel-oils et importe près de la moitié de ses besoins en blé et 60% de ses besoins en lentilles.

Le Conseil d’Ahmed Rahhou a focalisé son attention sur les produits les plus concernés par la hausse des prix à savoir les céréales, les produits énergétiques et les matériaux de construction comme le montre le graphique suivant.


Ces produits seront placés sous la loupe, comme le précise la note de référence. Ceci fera l’objet du prochain avis du Conseil. Un avis très attendu sachant que la flambée des prix suscite l’attention de tous les citoyens et s’impose comme thème majeur de l’actualité. Les prix ont atteint des proportions telles qu’ils commencent à inquiéter la population qui voit avec effarement la hausse des carburants et de quelques légumineuses à des niveaux sans précédent. N’oublions pas également les matériaux de construction dont la hausse vertigineuse a paralysé le secteur du BTP.

Par ailleurs, les rédacteurs de la note ont donné un aperçu du contexte international dont la compréhension permet de mieux comprendre ce qui se passe chez nous au Maroc.
 
« La montée des cours des produits de base résulte d’un fort déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés concernés, particulièrement sous l’effet d’une reprise rapide et simultanée de la demande mondiale, émanant des grands pays importateurs, tels que la Chine, les États-Unis et l’Europe », lit-on sur la note, selon laquelle l’inflation est due également en partie aux perturbations du transport maritime durant la période ayant suivi le début de la pandémie.

En lisant attentivement la note, on comprend également que l’inflation a des racines financières. Le Conseil explique cela par la spéculation à laquelle se sont livrés les fonds d’investissement. Ces derniers « se sont de plus en plus positionnés sur les marchés boursiers des matières premières », indique la même source.
 
Concernant les produits pétroliers et les céréales, il est évident que la guerre en Ukraine a eu un impact indéniable sur le cours de ces produits vitaux. Le Conseil de la Concurrence a rappelé que la Russie est le premier exportateur au monde de gaz naturel et le deuxième exportateur de pétrole brut. La Russie et l’Ukraine ensemble, ont représenté en 2020 près de 35 % des exportations mondiales de blé. Pourtant, la hausse a commencé bien avant la guerre. Force est de constater que les prix des matières premières énergétiques ont augmenté de près de 74%3, entre janvier 2021 et janvier 2022, d’environ 14,5% pour les produits alimentaires et plus de 33% pour les métaux4 sur cette période.








🔴 Top News