Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

GreenH2 : Le Maroc lance le 1er Cluster d’Hydrogène Vert en Afrique


Rédigé par Siham Mdiji le Jeudi 18 Mars 2021

Le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement ainsi que le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et Numérique, ont présidé, ce jeudi à Rabat, l’Assemblée Générale Constitutive du Cluster GreenH2.



GreenH2 : Le Maroc lance le 1er Cluster d’Hydrogène Vert en Afrique
A cette occasion, plusieurs représentants du secteur industriel, de la recherche et formation ainsi que d’organismes publics se sont réunis, en présentiel et en visioconférence, pour le lancement d’un Cluster national de l’Hydrogène Vert « GreenH2 Maroc ». Celui-ci « permettra de fédérer l’écosystème national autour d’objectifs communs pour construire un environnement favorable afin de développer une filière industrielle verte à forte valeur ajoutée », ont souligné les deux ministères.

Premier de son genre en Afrique, ce Cluster a « pour objectif de contribuer à l’émergence d’un écosystème national de l’Hydrogène Vert compétitif et innovant afin de positionner le Royaume comme un hub régional, leader dans la production et l’exportation de l’Hydrogène et de ses dérivés », précisent les deux ministères.

Ainsi, le Cluster GreenH2 aura pour mission de renforcer les capacités techniques des acteurs nationaux à produire, à exploiter et à valoriser l’hydrogène vert. Outre cela, il accompagnera la commission nationale de l’hydrogène vert dans la création d’un cadre réglementaire incitatif en faveur du développement de cette filière d’avenir et contribuera à sa promotion à l’échelle régionale et internationale.

Il convient de noter que cette initiative s’appuiera sur les compétences et les infrastructures qu’offrent les membres du Cluster, à savoir les industries, les universités et les centres de recherche, particulièrement les plateformes technologiques incubées par l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) et l’Institut de Recherche en Energie Solaire (IRSEN).