L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Gaza : Le Maroc, les Arabes et l’insoutenable demande américaine


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Lundi 20 Mai 2024



Gaza : Le Maroc, les Arabes et l’insoutenable demande américaine

À Gaza, la folie guerrière israélienne semble sans bornes. Décrédibilisé aussi bien aux yeux de la communauté internationale qu’auprès de l’opinion publique de son pays, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, continue sa fuite en avant au moment où la Cour Pénale Internationale (CPI) requiert un mandat d’arrêt à son encontre. Même le cabinet de guerre, où siège l’ex-ministre de la Défense, Benny Gantz, ne le supporte plus puisqu’il semble en perte de contrôle après l’échec de sa croisade contre le Hamas, dont les contingents restent invaincus, en dépit du rouleau compresseur de Tsahal qui a transformé Gaza en champ de ruines.

Déboussolé et isolé, Netanyahu, à qui la société israélienne ne pardonnera jamais la débâcle du 7 octobre, n’a nulle autre idée que de poursuivre l’offensive à Rafah quel qu’en soit le prix humain. Incapables de freiner le bellicisme effréné de leur allié, les Etats-Unis commencent, pourtant, à envisager l’avenir en préparant le terrain à une force arabe de maintien de la paix après la guerre, sans vouloir y participer. Un paradoxe ! Sollicités, des Etats arabes, dont le Maroc, étudient avec précaution la requête américaine.

À l’occasion du Sommet arabe, tenu à Manama, ils ont répondu indirectement à Washington en renvoyant la balle aux Nations Unies, seule instance ayant la légitimité de déployer une force de maintien de la paix avec l’aval du Conseil de Sécurité. Pousser les Etats arabes dans le bourbier gazaoui après tout ce qui s’est passé n’est pas aussi simple que semblent le croire ou vouloir le faire croire les conseillers américains.

Opposés à la guerre, les Etats sollicités n’ont pas intérêt à s’exposer aux risques inhérents à une intervention aussi hasardeuse qui sera de surcroît épiée et perçue comme un acte de complicité avec Israël. Raison pour laquelle l’option onusienne semble plus faisable même si tant est que l’Etat hébreu, dans l’hystérie de la caste suprématiste au pouvoir, renonce à son mépris de l’ONU et de la légalité internationale. Plus important encore, il ne suffit pas d’une force internationale pour régler un conflit qui dure depuis plus de 70 ans.

Sans retour à raison à la solution des deux Etats, la guerre ne cessera jamais puisqu’il s’agit de la cause d’un peuple martyrisé. Une leçon bien comprise par certains pays européens qui pensent sérieusement reconnaître l’Etat palestinien. Encore faut-il que les Etats-Unis en fassent de même pour qu’ils soient plus crédibles aux yeux des pays arabes.



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News