L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Festival L’Boulevard : La DGSN dément avoir enregistré des plaintes pour agressions sexuelles, 20 arrestations


Rédigé par Soufiane CHAHID Lundi 3 Octobre 2022

Dans un communiqué diffusé le 2 octobre, la préfecture de police du Grand Casablanca dément les rumeurs colportées sur les réseaux sociaux concernant des « viols et violences à caractère sexuel et sexiste». Selon la même source, 20 personnes ont été arrêtées et font l’objet de poursuites.



Suite aux débordements qu’a connus le festival L’Boulevard, durant la soirée du vendredi 30 septembre, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a réagi. Dans un communiqué diffusé le 2 octobre, la préfecture de police du Grand Casablanca a démenti catégoriquement les rumeurs faisant état d’enregistrements par ses services de «plaintes ou signalements relatifs à des agressions sexuelle».

La préfecture de police a aussi démenti catégoriquement «toutes les rumeurs mensongères diffusées par les réseaux sociaux, prétendant à tort qu’une fille mineure aurait été violée et d’autres victimes déshabillées lors de ce concert ». Le communiqué affirme que les services de police ont contacté toutes les institutions hospitalières, les corps médicaux et les services de la protection civile, et il s’est avéré «qu’ils n’ont constaté ni accueilli aucune victime d’agression sexuelle».

En insistant sur le caractère mensonger de «ces rumeurs et fausses informations qui affectent le sentiment de sécurité des citoyens», la préfecture de police du Grand Casablanca confirme en revanche que ses services «ont arrêté 20 personnes en marge des débordements qui ont émaillé ce concert, dont six pour ivresse publique et possession de boissons alcoolisées, deux personnes pour possession et consommation de drogues, deux autres pour coups et blessures, et 10 pour vols». «Tous les suspects ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires ordonnées par le parquet compétent», poursuit le communiqué.

Par ailleurs, «le déchargement des enregistrements des caméras de surveillance et les procédures de visionnage se poursuivent, dans le but d’identifier et d’arrêter toute personne impliquée dans des actes de violence», conclut le document de la préfecture de police du Grand Casablanca.

Quelques heures auparavant, c’étaient les organisateurs du festival L’Boulevard qui se sont exprimés sur ces incidents. “Face à ce débordement et pour des raisons de sécurité, les portes ont été fermées dès 20h, afin de pouvoir laisser les autorités et les agents faire leur travail et garantir la sécurité du public présent et des artistes programmés”, expliquent-ils.

“Pour toutes ces raisons, de nombreux spectateurs, journalistes, partenaires et professionnels de la musique n’ont pas pu accéder à l’enceinte du R.U.C. A l’intérieur du stade, des mouvements de foule, causés par une partie du public, ont entraîné des dégâts”, peut-on lire dans le communiqué. L’équipe d’organisation du festival a tenue à s’excuser auprès du public, suite à ces actes qui ont affecté les concerts de vendredi soir.

“A toutes et à tous, l’équipe de L’Boulevard présente ses excuses et condamne les actes de vandalisme, qui n’honorent ni l’esprit du festival, ni celui de son public et de ses artistes”, écrivent les organisateurs dans le communiqué.








🔴 Top News