Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Exportateur en pointe, le secteur automobile carbure

Industrie


Rédigé par A. CHANNAJEE le Mardi 3 Mars 2020

Il connaît au Maroc une croissance remarquable ces dernières années. Le Royaume détrône l’Afrique du Sud et devient champion du continent.



Exportateur en pointe, le secteur automobile carbure
Le secteur automobile marocain est en pleine expansion ces dernières années. Selon les dernières données de la Direction des Etudes et de la Prévision Financière, il est le premier contributeur aux exportations, avec une part de 26% des échanges.

Le Royaume est devenu même le premier exportateur de véhicules en Afrique, en détrônant l’Afrique du Sud. Par ailleurs, le Maroc compte des constructeurs automobiles de renommée internationale, comme Renault et Groupe PSA. D’après le cabinet d’Oxford Business Groupe, le Maroc est en mesure même d’être parmi les plus grands constructeurs d’automobiles du monde.

Cette performance exceptionnelle du secteur n’est cependant pas le fruit du hasard. Le Royaume a de nombreux atouts qui lui ont permis de devenir champion en Afrique. Ces avantages viennent d’être sou-levés, récemment à Paris, lors d’une conférence sur « L’industrie auto-mobile au Maroc».

De nombreux atouts

Ainsi, selon Romain Berthon, Avocat Associé chez LPA-CGR avocats, les principaux atouts du Maroc sont les suivants : compétitivité des coûts, stabilité socio-politique, cadre juridique idoine, et vraie et réelle réflexion sur les secteurs que le pays veut développer.

En plus d’être une porte d’entrée vers l’Afrique, le Maroc dispose de véritables plans stratégiques pour l’accélération industrielle où le secteur automobile, premier secteur exportateur au Maroc, occupe un important rang.

L’avocat associé a également livré à l’assistance un aperçu sur le Droit marocain, « un Droit commun libéral qui garantit la liberté d’entre-prendre, laquelle est garantie par la Constitution » du pays, sur la protection de l’investissement et sur le code du travail.

En vue de drainer et encourager les investissements, le Maroc dispose de régimes spécifiques favorables dotés de mesures incitatives, tels le régime spécifique des zones d’accélération industrielles, les conventions d’investissement avec l’Etat et le fonds de développement industriel et des investissements, a-t-il ajouté.

La rencontre a été marquée aussi par la présentation de l’expérience réussie d’un investisseur étranger au Maroc, en l’occurrence le groupe mondial LEONI, spécialisé dans le câblage pour moteurs automobiles, avec plus de 90.000 employés dans le monde et un chiffre d’affaires de 5,1 milliards d’euros.

Coût usine, le moins élevé dans le monde

Le groupe mondial est fortement présent au Maroc où il emploie 8.700 personnes dans des usines à Aïn Sbaâ, Bouskoura, Bouznika et Berrechid.

Sur le choix porté sur le Maroc, Vincent Mercier, Directeur Général de Leoni Wiring Systems, a affirmé que le Royaume est l’un des pays où le coût usine est le moins élevé, outre le fait que le pays dispose d’un réservoir de main d’oeuvre très important et de cadres d’un excellent niveau technique et polyglottes.

Le pays propose aussi des incitations financières aux investisseurs via le Fonds Hassan II et des taux d’impôts encourageants. Le Maroc garantit également un environnement business très favorable avec une rapidité de traitement des dossiers d’investissement, un cadre juridique structuré, un système d’exemption des droits de douane sur les importations et un système de financement privé local performant, a-t-il expliqué.

Lors de cette rencontre, Ilham Khalil, Directrice de Tanger Free Zone (TFZ), a souligné la géolocalisation stratégique de la TFZ (proximité de l’Europe, Détroit de Gibraltar…). Le Maroc a lancé plusieurs pro-jets dont la région Nord a profité : autoroutes, ferroviaire (LGV), portuaires (Tanger Med I et II). « Tout cela fait du Maroc un important hub d’accès à des pays africains et permet aux industriels présents un rayonnage très intéressant et une connexion rapide avec l’Europe ».

Grâce à ses grandes infrastructures et aux facilités d’investissement, poursuit la même source, le Maroc continuera d’être une terre d’accueil pour le secteur.

En effet, la réussite du secteur auto-mobile n’aurait pu être accomplie sans le port Tanger Med qui est devenu, depuis son extension le 28 juin 2019, le premier port pour les conteneurs en Afrique, devant Port-Saïd (Egypte) et Durban (Afrique du Sud).
 

  


Dans la même rubrique :
< >