Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Europe et Etats-Unis dans de sales draps

Covid-19


le Lundi 30 Mars 2020

Plus de 10.000 morts en Italie, Trump pense isoler New YorkFace



Europe et Etats-Unis dans de sales draps
Par centaines, le terrible décompte des morts du nouveau coronavirus a continué de s’alourdir ce week end en Europe, particulièrement en Italie et en Espagne. La pandémie n’épargne pas non plus les Etats-Unis, où la Maison Blanche songe à placer New York en quarantaine.

«Certains aimeraient que (l’Etat de) New York soit placé en quarantaine parce que c’est un point chaud», a déclaré le président américain. «New York, New Jersey, peut-être un ou deux autres endroits, certaines parties du Connecticut, j’y réfléchis», a-t-il ajouté, promettant une décision très rapide.

L’Etat de New York concentre près de la moitié des 115.000 cas de Covid-19 dans le pays, le chiffre le plus élevé au monde. Le virus y a tué près de 1.900 personnes, avec un bond de 450 décès en une journée.

Faute de vaccin ou de traitement éprouvé, plus de trois milliards de personnes restent confinées de gré ou de force dans le monde, contraints de rester chez eux, de travailler à distance, lorsqu’ils n’ont pas tout simplement perdu leur moyen de subsistance.

La pandémie a déjà fait plus de 30.000 victimes, la moitié rien que pour l’Italie et l’Espagne les plus durement touché avec respectivement 10.023 («889 en 24 heures) et 5.690 morts («832), et qui concentrent à eux seuls près des trois quarts des décès européens.

Entre lueurs d’espoir et pénuries d’équipement

Lueur d’espoir, la ville chinoise de Wuhan, où l’épidémie s’est déclarée en décembre, se rouvrait progressivement samedi après plus de deux mois d’isolement quasi-total, avec l’arrivée du premier train de voyageurs autorisé depuis le confinement.

A New York, comme dans de nombreux endroits du monde, les médecins et personnels soignants sont considérés comme des héros, en première ligne de cette «guerre» contre la pandémie.

Mais ces héros sont confrontés à une pénurie d’équipements. «Il y a à la fois un sentiment de désespoir et de solidarité entre nous. Tout le monde a peur, on essaie de s’épauler», a confié une infirmière en rééducation intensive dans un hôpital de New York.

Ils étaient quelques-uns samedi à manifester devant un hôpital du Bronx.  Cette pénurie alarmante a conduit Donald Trump à user de pouvoirs exécutifs spéciaux pour contraindre la firme automobile General Motors à produire des respirateurs artificiels indispensables à l’hospitalisation des malades les plus graves du Covid-19.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a prévenu que le manque d’équipements de protection pour les personnels soignants représentait une «menace imminente» dans la lutte contre la pandémie.

La Russie dévoile un médicament contre le coronavirus

La Russie, pays à n’avoir encore pris aucune mesure de confinement généralisé, a annoncé samedi qu’elle allait fermer ses frontières à partir de lundi. Elle a déjà fermé samedi ses restaurants et la plupart de ses commerces avant une semaine chômée.

Samedi, l’Agence fédérale russe de biomédecine a annoncé avoir créé un médicament pour traiter le coronavirus. Selon le Centre de recherche et de production Pharmazachita, le schéma thérapeutique est basé sur le médicament antipaludique Méfloquine.
 
«Le Centre de recherche et de production Pharmazachita, se référant à l’expérience chinoise et française, a développé un schéma thérapeutique pour lutter contre le coronavirus qui est basé sur le médicament antipaludique Méfloquine», est-il indiqué dans le communiqué.
 
Plus tôt dans la journée, un nouveau test de dépistage permettant de déceler la présence du Covid-19 en 90 minutes a été certifié en Russie. Selon le site officiel russe de la lutte contre le coronavirus, «les tests ont une sensibilité très élevée de 10 puissance 2».

La mise en service est prévue pour le 30 mars. Il est envisagé d’en produire 1.000 par semaine, chacun capable de réaliser 100 analyses. Cela permettra ainsi de tester 100.000 personnes en sept jours. Il est également prévu d’augmenter la production jusqu’à 2.000 tests par semaine.