Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : L’assaut de Trump assoit Biden à la Maison Blanche


Rédigé par Ali Benadada le Jeudi 7 Janvier 2021

Le Congrès US a fini par entériner la victoire de Joe Biden. La veille, l’intrusion violente de partisans de Trump avait interrompu la validation du vote des grands électeurs.



Etats-Unis : L’assaut de Trump assoit Biden à la Maison Blanche
Le vice-Président Mike Pence a déclaré que le Congrès avait confirmé le décompte des résultats des États du Collège électoral, selon lesquels Joe Biden était qualifié de vainqueur de l’élection présidentielle du 3 novembre contre le Président sortant Donald Trump.

La procédure de certification avait repris après avoir été violemment interrompue par l’intrusion de partisans de Donald Trump dans l’enceinte du Capitole. En dépit de son désaccord, le Président sortant a promis «une transition ordonnée» le 20 janvier.

Au total, 306 grands électeurs s’étaient prononcés en faveur du candidat démocrate Joe Biden contre 232 en faveur du Président sortant Donald Trump.

En réaction à la certification, celui-ci a annoncé qu’«une transition ordonnée» aurait lieu le 20 janvier, même s’il est «totalement en désaccord avec le résultat de l’élection», selon le porte-parole de la Maison-Blanche. La certification des résultats du vote par le Congrès est la dernière étape obligatoire de validation pour le Président élu des États-Unis, inscrite dans la Constitution américaine.

Le coup de force théâtral, pour ne pas dire insurrectionnel de Trump était plus prévisible que surprenant ?

Avant même le scrutin du 3 novembre de l’année dernière et dès l’entame de la campagne électorale, Donald Trump a presque crié sur les toits qu’il ne reconnaitrait jamais la victoire de son adversaire. 

Trump a été motivé pour cela par ses ambitions de rester pour un second mandat à la Maison Blanche et surtout encouragé par son clan républicain qui fermait les yeux et la bouche sur toutes les extravagances du magnat de l’immobilier. Lorsque Trump était candidat à la présidentielle en 2016, les responsables républicains ont ignoré son appel aux partisans de « faire tomber la merde » des manifestants. Moins d’un an après son entrée en fonction, ils n’ont pas osé le rappeler à l’ordre lorsqu’il avait déclaré qu’il y avait « de très bonnes personnes » des deux côtés d’un rassemblement suprémaciste blanc mortel.

Et l’été dernier, la plupart des dirigeants du parti ont détourné le regard lorsque Trump a fait expulser de force des centaines de manifestants pacifiques d’une manifestation près de la Maison Blanche afin qu’il puisse poser avec une Bible devant une église.

La prise d’assaut du Capitole est venue révéler le caractère dictatorial de Donald Trump. Avec du recul, on réalise facilement qu’il n’a rien à envier aux autres dirigeants « dictateurs » qu’il a toujours combattu âprement au nom de la démocratie. Avec son initiative de mercredi, Donald Trump a franchi les lignes rouges à tel point que des voix au sein même du camp républicain commencent à s’élever pour dire trop c’est trop, alors que durant toutes les quatre années de son mandat les républicains ont fait preuve d’une loyauté aveugle envers Trump. Le chaos de mercredi a réveillé les gens de leur léthargie.

Boudé par son camp
L’une de ses plus proches alliés au Congrès, la sénatrice Lindsey Graham de Caroline du Sud, a déclaré que « assez c’est trop ».

Une autre républicaine de Caroline du Sud, la représentante Nancy Mace, a déclaré que les réalisations de Trump au pouvoir « avaient été anéanties aujourd’hui ».

Au moins un haut fonctionnaire de la Maison Blanche a démissionné et d’autres démissions étaient possibles au fur et à mesure que le poids des événements de la journée s’installait.

L’ancien président républicain George W. Bush a décrit la foule violente comme « un spectacle écœurant et déchirant ». Il a refusé d’appeler Trump ou ses alliés, mais l’implication était claire lorsque Bush a déclaré que le siège « a été entrepris par des personnes dont les passions ont été enflammées par des mensonges et de faux espoirs ». Liz Cheney du Wyoming, une des meilleures républicaines de la Chambre et la fille du vice-président de Bush, a été beaucoup plus directe dans une interview sur Fox News.

« Il ne fait aucun doute que le président a formé la foule. Le président a incité la foule », a déclaré Cheney. « Il a allumé la flamme ». 

Alors que leurs critiques étaient brûlantes, Bush et Cheney faisaient déjà partie d’un petit groupe de responsables républicains prêts à condamner le comportement le plus scandaleux de Trump. L’écrasante majorité des républicains a été beaucoup plus réservée, désireuse de garder la base ardente de Trump de leur côté.

2024 en ligne de mire
Pourtant, l’emprise de Trump sur son parti a semblé quelque peu affaiblie lorsque les membres du Congrès sont revenus au Capitole mercredi soir, après avoir passé plusieurs heures à se cacher dans des endroits sûrs après avoir été évacués. Avant leur départ, une poignée de sénateurs républicains et plus de 100 membres de la Chambre républicaine devaient s’opposer au vote pour certifier la victoire présidentielle de Joe Biden.

C’était une initiative menée par le sénateur du Texas Ted Cruz et le sénateur du Missouri Josh Hawley, chacun avec ses propres ambitions présidentielles pour 2024, malgré l’objection du chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, qui a averti que la démocratie américaine « entrerait dans une spirale de la mort » si le Congrès rejetait les résultats des élections nationales.

Lorsqu’ils ont repris le débat, cependant, une grande partie de l’énergie derrière l’extraordinaire poussée s’était effondrée. Plusieurs républicains ont complètement abandonné leurs objections. Hawley et Cruz ne l’ont pas fait, mais ils ont proposé des arguments réduits. 

Hawley a condamné la violence de la journée mais a également appelé à une enquête sur « les irrégularités et la fraude ». D’autres républicains étaient clairement plus préoccupés par les violences de la journée et les événements qui les ont précédées.

L’ancien secrétaire à la Défense de Trump, James Mattis, qui a dénoncé le président comme une menace pour la Constitution l’année dernière, a décrit l’attaque violente contre le Capitole comme « un effort pour subjuguer la démocratie américaine par le règne de la foule, fomenté par M. Trump ». 

« Son utilisation de la présidence pour détruire la confiance dans nos élections et pour empoisonner nos concitoyens a été rendue possible par de pseudo dirigeants politiques dont les noms vivront dans l’infamie en tant que profils de lâcheté », a accusé Mattis.
 
4 morts, 52 interpellations

Une femme est morte, mercredi, après avoir participé à l’envahissement du Capitole et trois autres personnes sont décédées aux alentours du bâtiment «d’urgence médicale distincte», augmentant le nombre des victimes à quatre personnes, a annoncé le chef de la police de Washington, Robert Contee, lors d’une conférence de presse, sans donner plus de détails, ni dire s’il s’agissait de participants aux manifestations. 

Les causes de la mort ne pourront pas être établies avant leur examen par un médecin légiste, a-t-il ajouté. La police a, selon lui, également procédé à 52 interpellations au cours de la même journée de mercredi, dont 26 dans l’enceinte du Capitole.

Pour parer à d’éventuelles nouvelles manifestations, la maire de Washington a étendu l’état d’urgence dans la capitale fédérale pour 15 jours, soit jusqu’à la fin du mandat de Donald Trump

Ali BENADADA avec les agences


  


Dans la même rubrique :
< >