Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : Biden présente son équipe et annonce « le retour de l’Amérique »


le Mercredi 25 Novembre 2020

Avec « America is back » Biden balaie l’« América first » et présente son équipe pour rétablir « l’Amérique et son leadership dans le monde ».



Etats-Unis : Biden présente son équipe et annonce « le retour de l’Amérique »
Les nominés sont tous des vétérans de Washington liés à l’administration Obama, signe des efforts de Biden pour reprendre une forme de normalité après le tumulte des quatre années de mandat du président Donald Trump. Un autre signe que Biden sera bientôt aux commandes: il a programmé un discours de Thanksgiving à la nation mercredi aprèsmidi, prévoyant de concentrer ses remarques sur les sacrifices partagés pendant la saison des vacances et exprimant sa confiance que les Américains passeront ensemble la pandémie.

Les choix de Biden comprenaient plusieurs femmes et personnes de couleur, dont certaines briseraient les barrières si elles étaient confirmées à leurs nouveaux postes. Mardi, ils se sont tenus derrière Biden et la vice-président élu Kamala Harris espacés et portant des masques pour empêcher la propagation du coronavirus, un contraste avec Trump et nombre de ses principaux collaborateurs qui ont largement évité les mesures de prudence dans la lutte contre le covid-19.

Biden a déclaré que ses choix « reflètent l’idée que nous ne pouvons pas relever ces défis avec une vieille pensée et des habitudes inchangées ». Il a déclaré qu’il leur avait confié la tâche de réaffirmer le leadership mondial et moral, une pique claire à Trump, qui a résisté à de nombreuses alliances étrangères traditionnelles.

Le président élu s’est dit « frappé » par la façon dont les dirigeants mondiaux lui ont dit à plusieurs reprises lors d’appels de félicitations qu’ils attendaient avec impatience que les États-Unis « réaffirment leur rôle historique de leader mondial » sous son administration.

Biden a aussi déclaré qu’il s’attendait à ce que ses conseillers lui disent ce qu’il a besoin de savoir, on ce qu’il veut savoir.

Le plan pour les 100 premiers jours
Dès la confirmation de sa victoire à la présidentielle 2020, Joe Biden a détaillé sur NBC son plan pour les 100 premiers jours après son entrée à la Maison-Blanche. Il compte les consacrer en grande partie à la réforme de la politique migratoire et à la lutte contre le coronavirus.  

C’est une forme de tradition depuis 1933: le Président élu annonce quels sont ses projets pour ses 100 premiers jours à la MaisonBlanche, une manière d’esquisser un aperçu de ce que seront les quatre ans de son administration. Et Joe Biden aura beaucoup à faire, d’après ses déclarations avant-hier mardi. Dans un premier temps, et il l’avait déjà annoncé, il va rejoindre l’Accord de Paris sur le climat, que les États-Unis ont officiellement quitté en novembre après que Trump a déclaré cette intention auprès des Nations-unies en 2017. Il compte ainsi montrer que la lutte contre le changement climatique est l’une des grandes lignes de sa future administration. Le Démocrate abrogera également plusieurs décrets de Donald Trump dont il estime qu’ils portent atteinte au climat et à la santé de ses concitoyens. 

Lutte contre le Covid-19
Une autre situation d’urgence se présente à lui: la lutte contre la pandémie de Covid-19. Tandis que le pays enregistre toujours plus de 100.000 nouveaux cas par jour, Biden a promis la mise en place d’un organe consultatif scientifique pour tenter de maîtriser la propagation du virus. «Notre travail commence par la mise sous contrôle du Covid», a-t-il déclaré lors de son discours de victoire.

Les scientifiques et experts qu’il nommera auront pour tâche d’établir un plan de lutte. Plan qui sera fondé sur «la science, l’empathie et la compassion», a indiqué Biden. Son arrivée devrait également marquer une normalisation des relations avec l’OMS, de laquelle Trump s’était retiré durant la crise sanitaire. Joe Biden compte également apporter de grands changements en matière d’immigration, aux antipodes de la politique menée par Trump. «Le premier jour, je vais envoyer un projet de loi de réforme de l’immigration au Congrès afin de fournir une feuille de route vers la citoyenneté pour 11 millions d’immigrants sans papiers qui contribuent tant à ce pays», a-t-il dévoilé à NBC.

Sa politique sera construite autour du rassemblement familial et de la modernisation du système qui mettra notamment fin «à la politique cruelle et inhumaine de Trump à la frontière qui arrache les enfants des bras de leur mère», at-il dénoncé. Il annulera également le décret de Trump sur «le bannissement des musulmans non-américains» et a promis, toujours sous 100 jours, un moratoire sur les expulsions des migrants qui vivent et travaillent déjà dans le pays.

Après le meurtre de George Floyd qui a ravivé de vives tensions dans la société et donné lieu à des scènes de violence dans plusieurs grandes villes des États-Unis, Biden promulguera au Congrès le projet de loi de sa vice-Présidente Kamala Harris visant à créer un groupe de travail contre les disparités raciales. Il s’attaquera également à la discrimination contre les LGBTQ et la violence faite aux femmes, en particulier transgenres et de couleur. 

Encadré

Quelques éléments de l’équipe Biden
L’équipe du président élu comprend Antony Blinken, un vétéran de la politique étrangère bien considéré au Capitol Hill dont les liens avec Biden remontent à environ 20 ans, pour le poste de secrétaire d’État; l’avocat Alejandro Mayorkas au poste de secrétaire à la sécurité intérieure; la diplomate chevronnée Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies; et Jake Sullivan, ancien élève d’Obama à la Maison Blanche, en tant que conseiller à la sécurité nationale. Avril Haines, ancienne directrice adjointe de la CIA, a été choisie pour occuper le poste de directrice du renseignement national, la première femme à occuper ce poste, et l’ancien secrétaire d’État John Kerry fera un appel au rideau en tant qu’envoyé spécial sur le changement climatique. La nomination de Kerry et Sullivan ne nécessitera pas de confirmation du Sénat. L’équilibre des pouvoirs du Sénat reposant sur deux courses au second tour en Géorgie qui seront décidées en janvier, certains républicains du Sénat ont déjà exprimé leur antipathie envers les choix de Biden considéré comme une continuité de l’ère Obama.