Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Etat d’alerte au lycée Descartes de Rabat après le diagnostic d’un 1er cas de Covid

Mis à jour à 00h56


Rédigé par Saad Jafri le Jeudi 10 Septembre 2020

Les forums de parents d’élèves du lycée Descartes de Rabat relevant de l’Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) bouillonnent depuis l’après-midi du jeudi 10 septembre suite à l’annonce de la découverte d’un premier cas de contamination au Covid-19 parmi le corps enseignant. Il s’agit d’une enseignante dont le test PCR s’est avéré positif. Annonce en a été faite via un communiqué signé par la proviseure du lycée Najat Delpeyrat adressé aux parents et dont copie nous est parvenue.



Lycée Descartes un jour de rentrée (photo d’archive)
Lycée Descartes un jour de rentrée (photo d’archive)
Selon le communiqué, l’enseignante en question «sera placée au minimum 14 jours en quarantaine et dispensera ses cours en distanciel au profit de ses élèves, à partir du lundi 14 septembre». Ces derniers sont également bannis de l’école et «doivent être mis en quarantaine pendant 8 jours minimum», indique la proviseure dans son courrier, précisant qu’il faut obligatoirement réaliser deux tests PCR à 8 jours d’intervalle (le premier demain le 11 septembre et un autre le 19 septembre).

Certains parents d’élèves n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement vis-à-vis du protocole suivi par l’école, déplorant ainsi le choix de l’enseignement présentiel en premier lieu. «Ils ont poussé les parents à opter pour l’enseignement présentiel, du fait que le e-learning requiert plus de mobilisation et engage plus de frais», nous confie l’un des parents. Dans la même veine, une deuxième source nous a déclaré que le lycée a «informé les parents qu’il ne dispose pas des ressources suffisantes pour répondre aux directives gouvernementales qui préconisent en première intention le distanciel».

Notons toutefois à ce propos qu’un sondage limité auxquels ont participé environ 200 parents d’élèves sur l’un des forums, fait état de résultats mitigés quant au niveau de satisfaction envers les deux systèmes pédagogiques proposés par ce lycée. En l’occurrence le présentiel pour lequel environ 85% des sondés ont opté et le distanciel qui ne concerne que les 15% restants. Pour le premier système, 52% se sont déclarés insatisfaits, tandis que pour le second le mécontentement atteint à peu près 88% des concernés sondés. 

La question que se posent maintenant beaucoup de parents d’élèves et celle de savoir comment ce grand établissement de la mission française qui regroupe environ 3000 d’élèves de tous cycles, en plus d’une multitude d’enseignants et de membres du personnel administratif et encadrant compte s’y prendre pour retracer les cas de contacts que l’on imagine nombreux à l’intérieur et en dehors de son enceinte. Pour ce qui est du personnel, le courrier de la proviseure informe qu’un dispositif de dépistage mobile sera mis en place à l’intérieur du lycée à partir de lundi. Ce sui risque de révéler de nouveaux cas. 

Malgré tout, le communiqué de Madame Depeyrat laisse clairement entendre que le lycée ne sera pas fermé ou mis en quarantaine. Ce qui laisse dubitatif lorsque l’on sait que les entreprises et usines sont tenus de prendre des mesures draconiennes en cas d’apparition de cas positifs, qui peuvent aller jusqu’à la fermeture des locaux.  L’information de ce premier cas d’infection au lycée Descartes étant tombée de nuit, nous n’avons pas pu joindre les responsables de cet établissement pour clarifier ces nombreux points d’interrogation qui taraudent les parents. 

En attendant des réponses, l’expérience du lycée Descartes qui est le premier grand établissement scolaire au Maroc à vivre une telle situation interpelle également le ministère de l’éducation nationale, en dépit du fait que ce lycée relève de la mission. Le protocole sanitaire annoncé par Saaïd Amzazi pour l’actuelle rentrée scolaire étant en effet resté évasif à ce sujet. Le moment est donc venu de combler cette lacune.