Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rentrée scolaire: La mission française opte pour le présentiel déguisé en distanciel


Rédigé par Anass Machloukh le Vendredi 28 Août 2020

Après d’hypothétiques concertations avec les autorités marocaines au sujet de la prochaine rentrée scolaire, la mission française a fini par suivre le modèle préconisé par le Ministère de l’Education Nationale marocain mais à sa guise et cuisiné à sa sauce où le présentiel est la règle, tandis que le distanciel est l’exception.



Rentrée scolaire: La mission française opte pour le présentiel déguisé en distanciel
Comme nous l'avions annoncé en début de semaine, la mission française opte pour un système pédagogique en présentiel érigé en règle  et distanciel en exception. Cette tournure intervient après une certaine hésitation et un semblant de rétropédalage caractérisé par la soumission de cette option à l'accord des autorités marocaines.

Après que certaines écoles françaises au Maroc aient  déclaré choisir le mode d’enseignement en présentiel pour leurs élèves, la mission française a finalement décidé de se conformer au système préconisé par le ministère marocain de l’éducation nationale. Du moins sur le papier, puisque dans le fond, ces missions mettent en avant un système pédagogique où le présentiel est la règle et le distanciel l’exception. 

Dans un communiqué adressé aux communautés scolaires du réseau d’enseignement français au Maroc pour présenter les préparatifs en cours, le  Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) relevant de l'ambassade française au Maroc a annoncé que “les enfants dont les parents en feront la demande pourront être accueillis en mode présentiel dès le 7 septembre, conformément aux annonces du ministère de l’Education nationale marocain”, peut-on lire dans ce communiqué qui rassure qu’un protocole sanitaire est également prévu et adapté à la situation spécifique de chaque établissement scolaire.  

Plus encore, la formulation du SCAC laisse entendre que le distanciel sera l’exception à la règle d’une rentrée scolaire qui se fera essentiellement en mode présentiel. ”En fonction de leur capacité d’accueil et de ces protocoles, les établissements qui ne pourront accueillir simultanément tous les élèves sur l’ensemble du temps scolaire proposeront le recours à des modes d’enseignement hybrides”, dispose le communiqué du SCAC avant de concéder que: “L’enseignement intégralement à distance a constitué un recours indispensable durant les mois de confinement, mais l’expérience montre qu’il ne présente pas les mêmes garanties que l’enseignement en présentiel pour le suivi individualisé des élèves et pour leur bien-être. En effet, l’interaction avec les enseignants, la mise en situation pédagogique, mais aussi le maintien de liens sociaux et affectifs sont des éléments essentiels à l’épanouissement de nos élèves, tout particulièrement pour les plus jeunes d’entre eux. Les établissements le proposeront dans des conditions nécessairement différentes du dernier trimestre, dans la mesure où les enseignants seront également mobilisés sur l’enseignement en présentiel. Il nécessitera une présence et une implication spécifiques des parents”. 

Au même titre, le SCAC précise que les établissements pourront alterner le présentiel et l’enseignement à distance par rotation à la journée, demi-journée ou semaine, avec un complément d’enseignement distanciel, et ce, en fonction de leur capacité d’accueil.

Cette annonce ne fais que confirmer l'aspect inégalitaire du système préconisé par le ministère marocain de l'éducation nationale basé sur un système distanciel érigé en règle et dont on connaît tous les limites. Et contrairement à l’annonce du ministère de l’enseignement qui passe cet aspect sous silence, le communiqué du SCAC Induit de facto une implication renforcée des parents qui choisiront ce système et qui devront de ce fait s’engager corps et âmes dans la scolarité de leurs enfants. Pour tous les autres, ceux notamment qui en ont plus qu’assez ou qui ne peuvent simplement plus s'improviser en précepteurs d'un système distanciel qui a montré toutes ses limites, le présentiel reste une option possible et souhaitable. 

Finalement, le communiqué du SCAC qui s’apparente plus à une pirouette linguistique, communicationelle et surtout diplomatique, n’a pour autre finalité que de réduire l’embarras d’un ministère de l’éducation nationale confronté à ses propres limites et lacunes. Mais en définitive et à travers ce communiqué qui dévoile un dispositif savamment réfléchi et préparé, la mission française ne fait que se conformer aux attentes des parents de ses élèves et s'engage à relever dans la limite de ses moyens, qu'on imagine supérieurs à ceux de l'enseignement public marocain, le défi d'une rentrée majoritairement en présentiel.

Saâïd Amzazi qui s’entête à maintenir une rentrée scolaire majoritairement en mode distanciel devrait en prendre de la graine, lui dont les moyens ne permettent aucunement d’assurer un enseignement à distance aux normes.