L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Espagne: Le cycle migratoire commence bientôt pour les saisonnières de Huelva


Rédigé par Houda Belabd le Lundi 7 Novembre 2022

À partir de janvier prochain, des ouvrières agricoles marocaines se rendront en Espagne pour la récolte des fraises dans les champs de Huelva.



Espagne: Le cycle migratoire commence bientôt pour les saisonnières de Huelva
Selon l'agence «Europe Press», environ 15.000 Marocaines arriveront dans les champs espagnols de Huelva pour participer à la campagne de récolte du fruit rouge, dont un nouveau contingent de 5.000 travailleuses.
L'agence de presse rapporte, selon des sources gouvernementales, que les travailleuses marocaines devaient commencer à affluer vers les exploitations espagnoles de janvier à la mi-mars, en trois étapes, et l’on s’attend à l’arrivée de quelque 10.000 travailleuses.
Entre la deuxième semaine de mars et les premiers jours d'avril, ce seront 5000 travailleuses qui se déplaceront du Maroc vers l'Espagne.

L’OIM dresse son enquête
 
Sous le titre : «Autonomisation des travailleuses migrantes circulaires au Maroc», publication élaborée par l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), les auteurs mettent en relief les caractéristiques entrepreneuriales des travailleuses saisonnières.
Il en ressort que la plupart d'entre elles retournent au Maroc avec 25.000 dirhams et plus à chaque fin de saison en Espagne. «Ce sont donc bien le salaire et la capacité à gagner de l'argent qui les incitent à partir», indique le rapport décrypté par le quotidien « Les Inspirations Eco », précisant que 97% d'entre elles se déclarent plus en confiance. Ainsi, près de la moitié des saisonnières gagnent entre 1000 et 1500 euros par mois et 95% sont satisfaites de leur rémunération.
La distribution des gains au retour est orientée vers les dépenses liées à la famille : ménage, enfants, logement. 71% des répondantes ont sélectionné la case correspondant à l'achat de biens vestimentaires pour les enfants et 60% pour la scolarité de ces derniers. La moitié des sondées placent leurs économies dans l'achat d'un bien foncier.
En ce qui a trait à l'épargne, le pourcentage est calculé en fonction de la durée du travail et des dépenses réalisées au cours du séjour. De manière précise, 2% des femmes interviewées réussissent à épargner 60.000 dirhams à chaque fin de campagne, soit au bout de 5 à 6 mois sur place.
 
Il est à signaler que le retour au pays est une obligation pour toutes ces femmes, d'où la notion de migration circulaire. Afin que ce retour soit efficient, des conventions sont mises en place : être une femme, avoir entre 25 et 45 ans, avoir un minimum d'un enfant de moins de 18 ans et de préférence avoir une certaine connaissance des métiers de l'agriculture.
 
Par ailleurs, on apprend dans ces 44 pages de l'étude que la classe d'âge la plus significative est celle des 40 ans et plus (53% d'entre elles). Les personnes ayant entre 30 et 40 ans représentent 34% et seules 12% ont moins de 30 ans. Sur les 300 femmes interrogées, 53% sont mariées, 35% sont divorcées et 9% sont veuves. En outre, 75% au moins des participantes sont originaires des zones rurales.

 








🔴 Top News











 
Other