Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Energie : Après le sous-continent, le Maroc se tourne vers le Moyen Orient


Rédigé par La rédaction le Vendredi 15 Janvier 2021

En participant au dialogue stratégique virtuel parrainé par les USA et regroupant plusieurs pays du Moyen-Orient, dont Israël, le Royaume conforte sa volonté de se placer comme hub entre la zone MENA et le reste du monde en termes d’exportation d’énergie, notamment concernant les futurs champs gaziers de Méditerranée orientale.



Energie : Après le sous-continent, le Maroc se tourne vers le Moyen Orient
Le Maroc continue de placer ses atouts pour faire du pays non seulement un hub continental industriel, aérien et financier, mais aussi au niveau de l’énergie. En témoigne la participation de la tutelle à l’e-dialogue stratégique organisé par le Département d’Etat américain, jeudi 14 janvier. Pandémie oblige, ce sommet regroupant les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, l’Egypte, le Soudan et Israël s’est tenu en vidéo-conférence.

 Ce dialogue stratégique vise à étudier les possibilités de création ou de renforcement de branchements entre les différents réseaux électriques régionaux, voire les possibles synergies en termes de transport par pipeline de pétrole et de gaz. L’objectif étant de sécuriser et améliorer les flux d’énergies en provenance de la zone MENA (Moyen, Afrique du Nord), tout en proposant cette énergie à prix abordable.

La participation du Royaume à cet effort stratégique vise à diversifier ses partenariats en la matière. Rappelons le projet de pipeline gazier avec le Nigeria ou Nigeria-Morocco Gas Pipeline (NMGP). Un chantier ambitieux qui devra permettre à Abuja de sécuriser ses exportations de gaz naturels vers l’Europe, tout en renforçant sa position dans la sous-région en traversant pas moins de 10 pays d’Afrique de l’Ouest, avant d’atteindre le territoire marocain.

Un chantier titanesque qui séduit de plus en plus. Preuve en est la recommandation fait en décembre dernier par les experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de fusionner le NMGP avec le West African Gas Pipeline Expansion Project (Wagpep). Pour l’heure, le pipeline ouest-africain relie les champs gaziers nigérians au Ghana, à terme il devrait atteindre 5.660 Km de long et sera, pour rappel, mis en œuvre par l’Office marocain des hydrocarbures et des mines et la Compagnie pétrolière nationale du Nigeria.

Reste à savoir, quelles seront les opportunités concrètes pour que le Maroc serve de point de passage pour les pipelines des futurs champs gaziers de la Méditerranée orientale, ou d’extension des pipelines déjà existants entre la péninsule arabique et l’Europe. Autre question en suspens, l’imminence d’un changement d’administration à Washington, une transition très chahutée, qui fait craindre pour la pérennité des accords conclus par l’équipe Trump.