Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

Efficacité à géométrie variable


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Jeudi 11 Février 2021


Efficacité à géométrie variable
Alors que nous mettions sous presse, une information fiable faisait état de la réception imminente par le Maroc d’un nouvel arrivage de plusieurs millions de doses de vaccins Astrazeneca (au moins 4 millions). Au-delà de la véracité ou non de cette information, ainsi que de l’assurance ou non que ce genre de précieux arrivages perdureront dans le temps à intervalles réguliers, des éléments factuels permettent de conclure que la campagne nationale de vaccination initiée et supervisée de très près par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est d’ores et déjà un franc succès.

Le nombre de personnes vaccinées qui atteint désormais les trois quarts du million, un seuil psychologique qui sera certainement franchi avant la fin de la semaine, puisque la cadence des vaccinations dépasse actuellement les 100.000 par jour et s’étend aussi à des tranches d’âge plus jeunes parmi les «frontliners», atteste de l’efficience du dispositif et de la logistique mis en place pour la réussite de cette opération d’envergure historique.

Une réussite qui démontre une fois de plus la capacité de notre pays à se montrer à la hauteur des grands défis, d’autant plus lorsqu’ils sont d’amplitude mondiale. Comme si le Maroc ne pouvait briller que lorsqu’il est sous les projecteurs de la communauté internationale !

Ce qui pose la question de savoir pourquoi cette efficacité et cette hargne dont nous sommes capables de faire preuve face à ce genre de défis, font défaut lorsqu’il s’agit des problèmes socioéconomiques endémiques dont pâtit notre pays.

Dans un déphasage frappant et incompréhensible, notre efficacité à réagir à une crise aussi monumentale que celle du Covid contraste en effet de manière flagrante avec notre impuissance à surmonter ces fléaux permanents que sont la pauvreté, la mendicité, la corruption, le clientélisme et bien d’autres tares qui ont mené au drame de Tanger cette semaine. Un drame dont on n’a pas fini de compter les pertes en vies humaines, en image de marque du pays et surtout en termes  de sérénité et de confiance des populations dans leur avenir.

Majd EL ATOUABI

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Juin 2021 - 17:34 L'Opinion : Nos MRE le valaient bien !