Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Détournement des aides destinées aux camps de Tindouf


Rédigé par Ahmed NAJI le Mercredi 12 Août 2020


Détournement des aides destinées aux camps de Tindouf
C’est d’Italie que se sont élevées des voix pour se demander où sont passées les aides en provenance de ce pays lui-même terrassé par la crise et octroyées aux habitants des camps de Tindouf, en Algérie, pour faire face à la pandémie du Coronavirus. Une interrogation que se posent également ces derniers.

En fait, le mystère porte sur 12 millions de dollars, montant cumulé des dons accordés par plusieurs Ongs et pays européens dans les mêmes conditions et dont les dirigeants du polisario se sont accaparés, au grand dam des véritables bénéficiaires. Comme d’habitude, dirait-on.

Face au scandale ainsi soulevé, le polisario a reconnu avoir perçu cette somme, ce qui est de nature à plonger encore plus les habitants des camps de Lahmada dans le désarroi. C’est qu’ils constatent de visu que le semblant d’infrastructures hospitalières et les modestes équipements dont ils disposent ne pourraient jamais permettre d’affronter la pandémie dans des conditions décentes et sauver autant de vies humaines que possible. Et les fonds versés par les Européens et les Canadiens justement destinés à parer à ces déficits ne sont, de toute évidence, pas parvenus à leur destination finale.

Comble de l’audace, les dirigeants du polisario reconnaissent également cette désastreuse situation et réclament encore plus d’aides !

Le pire est que ce genre de détournements n’a rien de nouveau, plusieurs autres scandales similaires ayant à maintes reprises déjà éclaté. Que les Européens aient de la peine à l’admettre ou pas, leurs aides allouées aux habitants des camps de la honte de Lahmada servent le contraire des objectifs humanitaires qui les motivent. Ils justifient plutôt leur maintien dans la misère et leur exploitation la plus éhontée par des mafieux avérés.

Il n’y a de pire aveugle que celui qui ne veut voir.

Ahmed NAJI

  



Dans la même rubrique :
< >