L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Des villes sans ombre ni fraîcheur


Rédigé par Soufiane CHAHID le Lundi 26 Juin 2023



Des villes sans ombre ni fraîcheur
Alors que nous sommes encore au mois de juin, le mercure grimpe dangereusement ces jours-ci. Sous ce soleil de plomb, marcher dans la rue devient un supplice. On cherche désespérément une ombre sous laquelle se réfugier, mais les arbres censés offrir une protection naturelle contre les coups de soleil, sont aussi rares que précieux.

Des décennies d’une politique urbaine mal pensée, couplée au choix du tout-palmier, ont transformé nos villes en de véritables fournaises. Et lorsqu’on a la chance d’avoir quelques arbres avec un feuillage fourni, comme c’est le cas à Rabat, ils sont systématiquement taillés jusqu’à les dénuder. Si ces vagues de chaleur sont épisodiques, elles ne sont ni rares ni imprévisibles. Avec le réchauffement climatique, nos étés vont devenir de plus en plus chauds. N’oublions pas que ces périodes de canicule sont incommodantes pour nous tous, mais peuvent devenir dangereuses pour les personnes âgées ou les enfants en bas âge.

L’aménagement de nos villes doit tenir compte de ces phénomènes météorologiques extrêmes pour les habitants. Rendre le milieu urbain plus doux ne passe pas que par son verdissement, quoique cela reste la solution centrale. Le bitume est une sorte de radiateur à inertie, emmagasinant puis réfléchissant la chaleur.

En Europe, des villes luttent contre les “îlots de chaleur” en remplaçant le bitume et le béton par du sol naturel qui reste plus frais et conserve l’humidité. Placées dans certains carrefours, les fontaines jouent aussi un rôle dans le rafraîchissement de la ville. Enfin, des villes touristiques comme Rome, où il fait très chaud l’été, ont installé un peu partout des petites fontaines gratuites à eau potable pour permettre aux passants de s’hydrater.

Ces dernières solutions peuvent cependant se heurter à la problématique du stress hydrique et de la rationalisation de l’eau. Les autorités locales devraient prendre cette question à bras le corps, en commençant par installer quelques abris et parasols ça et là, et pourquoi pas des brumisateurs dans les espaces publics. Si notre bien-être leur tient à cœur, les solutions ne manquent pas.
 
Soufiane CHAHID



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News