L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

DEPF : Le marché du travail marocain exclut les femmes


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 3 Mars 2022

La participation des femmes au marché du travail au Maroc demeure faible, impactant négativement l'évolution du niveau de vie au Maroc, c'est ce qui ressort d’un policy bref mitigé de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie et des finances.



Menée en partenariat avec ONU-Femmes et avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE), cette étude indique que l'analyse par genre et par âge de l'utilisation de la main d’œuvre (UMO) à l'évolution du niveau de vie sur la période de 2014 à 2019, a mis en évidence plusieurs constats, notamment Il la contribution négative et décroissante de l'activité féminine (toutes tranches d'âge confondues) de -52% en 2014-2016 et -56,8% en 2017-2019, par rapport à une contribution de -26,1% + 39,3%, respectivement, de l'activité des hommes.

 

En effet, avec un taux de création d'emplois insuffisant pour absorber l'augmentation de la population en âge de travailler au Maroc, dont la population se caractérise aujourd'hui par son extrême jeunesse, le marché du travail est désormais confronté à une augmentation du chômage des jeunes, d'expansion du secteur informel et d'aggravation des disparités entre les sexes.

 

L'étude intitulée « Analyse genre de la contribution de l’utilisation de la main d’œuvre (UMO) à l’amélioration du niveau de vie: Analyse rétrospective et prospective à la lumière des recommandations du Nouveau Modèle de Développement (NMD) », met également en avant une contraction amplifiée de la contribution de l’UMO féminine à l’évolution du niveau de vie en 2020 dans un contexte de crise liée à la pandémie.

 

En 2020, le PIB par habitant a diminué de 7,1 % par rapport à 2019. L'activité des femmes et le chômage ont accru cette contraction du PIB de 30,3 % et 8,5 %, contre 1,2 % et 33,9 % pour les hommes, compte tenu des effets de la crise pandémique qui a accentué la fragilité déjà bien existante de la situation de la femme sur le marché du travail.

 

Ainsi, l'étude révèle les effets contraignants du chômage des femmes sur la croissance du PIB. En effet, la détérioration du taux de chômage des femmes, toutes tranches d'âge confondues, a eu un impact négatif sur l'évolution du PIB de la santé entre 2014-2016 et 2017-2019.

 

S'agissant de la contribution du chômage des hommes, elle demeure positive et en amélioration durant les mêmes périodes, exception faite de la tranche d’âge 25-44 ans, dont la contribution, quoi que positive, a accusé une légère dégradation.

 

Toutefois, l’étude fait ressortir des contributions positives, bien qu’en décélération, de la démographie sur l’évolution du PIBH. La population féminine en âge d’activité contribue plus que celle des hommes à l’accroissement du PIBH, avec une contribution totale de 10,6% contre 6,7% pour la population masculine.

 

En dépit des difficultés que connait le marché du travail marocain, les plans du nouveau gouvernement sont susceptibles de créer plus d'emplois dans l'espoir d'atténuer les problèmes socio-économiques associés à un taux de chômage national en augmentation chronique.