L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Covid-19 : Une 5ème vague attise les tensions en Europe


Rédigé par La rédaction le Dimanche 21 Novembre 2021

Une 5ème vague du Covid s’installe de plus en plus en Europe, créant un climat de tension dans plusieurs pays. Restrictions et émeutes aux Pays-Bas, reconfinement en Autriche et annulation des marchés de Noël en Bavière... Le point.



AP Photo/Martin Meissner
AP Photo/Martin Meissner
Une manifestation contre un confinement partiel pour lutter contre la pandémie de Covid- 19 a tourné à l’«émeute» vendredi soir au centre de Rotterdam, et plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées. Des coups de feu de sommation ont été tirés par la police et ont fait plusieurs blessés.

Les manifestants protestaient contre les restrictions sanitaires et le projet du gouvernement de restreindre l’accès des personnes non vaccinées à certains sites. Les protestations se multiplient dans le pays depuis l’annonce, il y a une semaine, de la réintroduction d’un confinent partiel accompagné d’une série de restrictions sanitaires.

La police néerlandaise était déjà intervenue à La Haye, il y a une semaine, lors de l’annonce de ces nouvelles mesures. Une manifestation contre les mesures sanitaires prévue samedi 20 novembre à Amsterdam a été annulée par les organisateurs, pour éviter la violence qui a marqué le soir du vendredi à Rotterdam. « Hier soir, l’enfer s’est déchaîné à Rotterdam », a déclaré l’organisation anti-mesures sanitaires United We Stand Europe sur Facebook, faisant référence au chaos qui a éclaté dans le centre de la ville portuaire vendredi soir, et qui a fait selon les forces de l’ordre au moins sept blessés, également parmi la police.

La santé des bavarois passera avant les festivités de fin d’année : tous les marchés de Noël populaires vont être annulées en raison de la recrudescence des infections. «La situation est très très sérieuse et compliquée», a déclaré le chef du gouvernement de Bavière, Markus Söder lors d’une conférence de presse à Munich. La région est l’une des plus touchées par la nouvelle vague de Covid-19. Les bars et les discothèques seront également fermés dans les endroits où les taux d’infection sont particulièrement élevés.

Le reconfinement divise les Autrichiens

En Autriche, où la vaccination sera obligatoire d’ici 2022, le retour au confinement à partir de lundi divise le pays. Il y a les pour, comme ce retraité qui explique devant la caméra : «qu’il faut que tous les Autrichiens soient solidaires». Et il y a les autres, à l’image d’un jeune homme croisé un peu loin sur le marché, qui sont très sceptiques : «On aurait pu prendre des mesures bien avant, dit-il. Je suis surpris que le gouvernement ne réagisse que maintenant et je crains qu’on ait intentionnellement laissé dégénérer la situation... »

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés ce samedi à la mi-journée à Vienne, en Autriche, pour protester contre le confinement et la vaccination obligatoire annoncés la veille par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

La manifestation était organisée à l’appel du parti d’extrême droite FPÖ, même si son chef Herbert Kickl, testé positif au Covid-19, était absent. La foule, réunie au coeur de la capitale autrichienne à deux pas de la chancellerie, agitait des banderoles dénonçant «la corona- dictature» ou encore disant «non à la division de la société». Le tout sous haute surveillance de la police, qui redoutait la venue d’identitaires, de militants néonazis et de hooligans.

Vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes

Parmi ceux appelant à la «résistance », Katarina Gierscher, originaire de la province du Tyrol, a fait six heures de route pour venir manifester. «Ce n’est pas normal qu’on nous prive de nos droits», déplore cette professeure de 42 ans qui garde depuis plusieurs mois ses quatre enfants à la maison.

«La pression à l’école est trop forte», dit-elle à l’AFP, citant les tests PCR réalisés chaque semaine dans les classes. «Le gouvernement veut nous diviser, nous devons rester unis», lance-t-elle.

Par ailleurs et lors d’un déplacement dans le Nord de la France, vendredi dernier, le président français Emmanuel Macron a affirmé qu’il ne serait pas étonné que la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 soit ouverte, à terme, à l’ensemble de la population en France, estimant que cela allait «dans le sens de l’histoire ». «Je ne serais pas étonné qu’on aille progressivement vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes. C’est un peu le sens de l’histoire», a-t-il affirmé, faisant le parallèle avec d’autres vaccins nécessitant un rappel, notamment celui de la grippe.

Quelques heures après cette prise de parole, la Haute autorité de Santé a préconisé une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 aux personnes âgées de 40 ans et plus, six mois après la primo-vaccination. Cette annonce laisse donc augurer un élargissement de la dose de rappel à tous les adultes de plus de 40 ans, qui représentent 52,6% des Français, selon l’Insee.


Les vaccinés avec Sinopharm, Sinovac et Covaxin autorisés à entrer au Canada

Le gouvernement canadien a annoncé avoir décidé d’autoriser l’entrée des voyageurs complétement vaccinés avec Sinopharm, Sinovac et Covaxin à partir du 30 novembre. La même source fait savoir qu’»à partir du 30 novembre, les personnes quittant le Canada par voie terrestre ou aérienne pour moins de 72 heures ne seront plus tenues de fournir la preuve d’un test moléculaire négatif pour rentrer dans le pays».

Ce changement s’applique uniquement aux Canadiens, aux résidents permanents et aux personnes inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens, ainsi qu’aux enfants de moins de douze ans qui les accompagnent et aux personnes présentant des contre-indications médicales à la vaccination.

«Avec davantage de Canadiens qui se font vacciner chaque jour, nous pouvons avancer prudemment vers une économie et une société aux frontières plus ouvertes », a indiqué vendredi le ministre de la Santé Jean- Yves Duclos. A ce jour, seuls les voyageurs vaccinés avec Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont autorisés à accéder au territoire canadien.