Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Conférence de Berlin II : l’Espagne hors-jeu, Biden soutient la participation du Maroc


Rédigé par S.A le Mardi 22 Juin 2021

Le très attendu sommet international pour l'avenir de la Libye aura lieu ce mercredi 23 juin, à Berlin, sans la participation de l’Espagne, tandis que le Maroc sera présent avec l’appui des Etats-Unis.



L'Espagne a été écartée de la conférence de Berlin II sur la Libye, qui se tiendra les 23 et 24 juin, rapporte le média électronique espagnol «Ok diario», soulignant que les représentants du gouvernement ibérique n’ont pas été présents lors des deux derniers sommets internationaux, sachant qu’ils ont été marqués par des discussions qui touchent de près l’Espagne, tels que «le terrorisme, l’immigration, réforme de l'espace Schengen, etc.».
 
Le Maroc a, par contre, été invité à prendre part au Sommet, à la demande de Joe Biden, ajoute la même source, qualifiant cette requête de «gifle» infligée au chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui après avoir survendu sa rencontre avec le président américain, il a pu obtenir une image avec lui, mais au prix de sévères critiques de la part de la presse et de la classe politique ibérique.
 
Néanmoins, la participation du Maroc serait loin d’être une surprise. Le Royaume, qui rappelons-le, avait décidé de ne pas se rendre à la réunion de Berlin sur la Libye, du 5 octobre 2020, a contribué depuis le début de la crise libyenne aux efforts visant à parvenir à une résolution pacifique du conflit en Libye.
 
D’ailleurs, la cheffe de la diplomatie libyenne, Najla Mangoush, qui a effectué, ce mois-ci, sa première visite officielle dans le Royaume, a salué les efforts de SM le Roi Mohammed VI et du Royaume du Maroc qui a abrité le dialogue politique libyen à Skhirat en 2015, ainsi que les actions continues du Royaume jusqu’à ce jour, à travers l’accueil de plusieurs rounds de négociations entre les parties libyennes dans l’optique de l’unification des institutions libyennes, et le soutien du gouvernement libyen d’union nationale.
 
Une position, partagé par l’ONU, qui a également salué, dernièrement, le « rôle constructif » du Maroc dans la résolution de la crise libyenne.

Cela dit, dans un contexte de crise diplomatique, le gouvernement Sanchez vient d'accuser un énième échec politique, suscitant ainsi l’ire des groupes de l’opposition, qui appelle depuis des semaines à un remaniement.