Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Casablanca-Settat : Maâzouz promet un nouveau PDR pour la région


Rédigé par Achraf EL OUAD le Vendredi 5 Novembre 2021

Au cours d’une session extraordinaire tenue jeudi, le Conseil de la région de Casablanca-Settat a approuvé son budget de 2022 dont plus de 90% sera dédié à la promotion de l’entrepreneuriat, aux projets de désenclavement du monde rural, ainsi qu’à des projets liés à l’éducation, la santé et le sport. Abdellatif Maâzouz, président de la région, annonce qu'un nouveau plan de développement régional (PDR) sera élaboré pour la période 2022-2027.



Les élus au conseil de la région Casablanca-Settat ont voté, lors de la session extraordinaire qui s’est tenue jeudi 4 novembre à Casablanca, à une majorité de 45 sur 75 membres, sur le budget de 2022. La part du lion dudit budget sera consacrée à l’investissement qui accapare plus de 90% de l’enveloppe globale. « Nous sommes à peu près à 2 milliards de dirhams d’investissements (1,9 milliard), même si le chiffre est provisoire et qu’il sera amené à connaître des changements au mois de mars. Ces changements seront peut-être encore plus favorables à l’investissement », a indiqué Abdellatif Maâzouz, président du Conseil de la région Casablanca-Settat.

En fait, 915,6 millions de dirhams, soit presque la moitié du budget est destinée aux projets déjà programmés ou en cours de réalisation et qui font l’objet de conventions scellées par la région. Quant à l’autre moitié, elle sera répartie entre la mise en œuvre de la vision du Conseil pour le développement de la région (505 millions de DH) et le financement des projets qui seront approuvés au cours des prochaines sessions (520,4 millions de DH). Dans ce texte, Abdellatif Maâzouz a précisé que « cette seconde moitié est essentiellement destinée à la préparation de conditions d’amélioration de l’entrepreneuriat et de la création de richesse, et donc de l’emploi, au sein de la région Casa-Settat », ajoutant qu’ « une partie a été également allouée aux efforts de désenclavement du monde rural ainsi qu’aux projets liés aux domaines de la santé, l’éducation et le sport ».

Concernant les recettes, elles sont estimées à plus de 1,39 milliard de dirhams, alors que les dépenses prévisionnelles s’élèvent à 167,18 millions de dirhams contre 164,74 millions de dirhams en 2021. À ce titre, le budget 2022 devrait dégager un excédent de plus de 1,2 milliard de dirhams. Les recettes d’investissements se composent de l’excédent susmentionné, des recettes des crédits estimées à 509 millions de dirhams et d’une enveloppe de 200 millions de dirhams principalement destinés aux projets liés à l’eau.« Dans les mois qui viennent, nous serons amenés à détailler davantage ces programmes et surtout à élaborer un nouveau plan de développement régional (PDR) pour la période 2022-2027, lequel va être encore plus précis sur ces projets et dont les moyens de financement seront conséquents », souligne le président de la région de Casablanca-Settat.

En outre, d’autres projets structurants ont été inscrits dans le budget 2022, notamment la réalisation d’un Complexe régional de formation et de développement des compétences dédié aux domaines de la santé et du secours médical, la réalisation d’un programme de réinsertion par l’activité économique, les activités génératrices de revenus (AGR) et l’auto-emploi, la réalisation de projets touristiques sur les rives des barrages de la région, le raccordement des zones rurales aux réseaux d’assainissement et d’eau potable, l’acquisition de véhicules de transport scolaire au bénéfice des communes rurales, la contribution dans la réalisation des lignes de tramway et des bus à haut niveau de service (BHNS), la réhabilitation et la conservation des sites d’intérêt biologique ainsi que la contribution dans la réalisation des tronçons des routes nationales 1 et 7, des routes régionales 315 et 316, et la route liant Casablanca, l’aéroport Mohammed V et la rocade de Benslimane.

Par ailleurs, et s’agissant de l’emploi, Abdellatif Maâzouz a relevé que le Conseil de la région veillera à créer plus d’opportunités au profit des jeunes et à mettre en place les trois conditions favorisant l’insertion professionnelle, à savoir la mise en place de grands chantiers, l’accompagnement des jeunes dans la création de leurs propres entreprises et le renforcement du secteur immobilier pour qu’il soit exploitable dans l’investissement.