Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Casablanca : L’UGEP met fin au calvaire des hammams


Rédigé par Siham MDIJI le Vendredi 19 Mars 2021

Enfin, les Bidaouis renouent avec leur plus cher rituel, le hammam. A nouveau, ce dernier a ouvert ses portes à partir du 18 mars.



Jeudi était un grand jour pour les Casablancais. Aussi bien pour eux que pour les professionnels des hammams qui ont repris leurs activités après un arrêt qui remonte à 2020.

Fermés pour cause des mesures préventives contre le Covid-19, il s’avère que la situation est redevenue totalement normale. Contactés par nos soins, le président de l’Union générale des entreprises et des professions (UGEP), Ahmed Afilal El Alami Idrissi, s’est félicité de l’action entreprise de son syndicat qui a enfin donné ses fruits. « Nous sommes très satisfaits de la réussite du combat que nous avons mené depuis le déclenchement de la crise sanitaire, et ce, dans un seul et unique but qui est bien évidemment l’ouverture des hammams, spécialement à Casablanca », a-t-il indiqué, ajoutant qu’en plus de « cette décision qui vient répondre à nos doléances, ce sont des familles qui seront à nouveau « sauvées » du calvaire qu’elles ont traversé ».

De plus, M. Afilal a indiqué que « les différents employés des bains maures ont été les plus touchés, du fait de l’arrêt d’activité du secteur qui a duré plus d’une année. Ces derniers n’avaient plus aucune source de vie et n’arrivaient plus à subvenir à leur besoin de première nécessité ni à payer leur loyer. Ce qui nous a donné encore plus de la volonté pour continuer notre bataille, afin d’aboutir à la réouverture des hammams ».

Joie des Bidaouis

Quelques mois avant la reprise de l’activité des hammams, les internautes n’ont cessé de monter au créneau contre le gouvernement d’El Othmani. Or, cette décision semble les avoir calmés. Sur les réseaux sociaux, les internautes ont massivement relaté la nouvelle concernant la réouverture des bains maures à Casablanca. Ces derniers, en avaient besoin, spécialement ceux qui ne possèdent pas de douche chez eux. « Outre le fait que cette mesure est bénéfique pour les professionnels, elle l’est également pour les habitants, car il y a de nombreuses maisons qui ne sont pas dotées d’une salle de bain ou d’une douche digne de ce nom », a noté M. Afilal, faisant savoir qu’il ne faut pas oublier « l’existence des bidonvilles et des maisons qui se louent à la pièce avec des toilettes communes… ».

Tout en remerciant les autorités compétentes, notre interlocuteur a conclu que « l’UGEP est toujours montée au front pour que cette décision soit prise. Nous avons, dans ce sens, écrit au Chef de Gouvernement, au ministre de l’Intérieur, et avons également sensibilisé les partis politiques, notamment celui de l’Istiqlal à cette problématique ».
Siham MDIJI 


Les professionnels des hammams longtemps touchés par la fermeture
Au cœur de la métropole, les professionnels des hammams n’ont pas été satisfaits des décisions gouvernementales. Ils se sont ainsi vus dans l’obligation d’organiser, il y a quelques jours, un regroupement pour mettre en avant leurs doléances qui n’ont pas été prises en considération malgré les conséquences enregistrées sur les travailleurs. « Nos revendications sont tout à fait légitimes. Nous ne voyons aucune raison pour laquelle les hammams de Casablanca, particulièrement, restent fermés, sachant que la situation épidémiologique à l’échelle nationale a connu une baisse considérable », avait indiqué le président de l’Union générale des entreprises et des professions, Ahmed Afilal El Alami Idrissi