L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Carburants : Retour à la Caisse de Compensation, option écartée par l’Exécutif


Rédigé par Rime Taybouta le Mardi 17 Mai 2022

Interpellé lundi par les députés de l’opposition lors de la séance des questions orales, Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès de la ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget, a écarté le retour à la subvention du carburant par la Caisse de Compensation.



Carburants : Retour à la Caisse de Compensation, option écartée par l’Exécutif
Dans sa réponse aux interventions des parlementaires de la première Chambre, le ministre délégué auprès de la ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget a affirmé qu’il s’exprimera avec transparence, objectivité et clarté sur les options qui sont en discussion en matière de subventions aux carburants. En chiffres, le retour à la subvention aux carburants via la Caisse de Compensation nécessite d’allouer un montant de 74 milliards de dirhams pour couvrir les dépenses de compensation, selon Fouzi Lekjaa.

Nouvelle formule de compensation

S’adressant aux membres de la Chambre des Représentants, Lekjaa a relevé que « pour revenir au système de compensation, nous avons besoin de 74 milliards de dirhams, et 60 milliards de dirhams supplémentaires de l’Etat, et décider ensemble d’annuler les investissements dans le pays, ainsi que la politique de la santé et de la couverture sociale, sans oublier le financement de la politique de sécurité, et puis nous subventionnerons le carburant en maintenant ses prix ».

D’autre part, le ministre délégué a affirmé que le gouvernement a pris un certain nombre de mesures en vue de soutenir le pouvoir d’achat des citoyens. Il s’agit notamment de subventionner le prix de la farine et du pain à 7,32 milliards de dirhams, et de subventionner les bouteilles de gaz à 116 dirhams la bouteille afin de maintenir leur prix stable à 40 dirhams, ainsi que d’octroyer plus d’un milliard de dirhams sur deux moitiés pour 80.000 véhicules afin de baisser les frais de transport.

Le ministre délégué a révélé que les prix de l’essence ont connu une hausse sans précédent, enregistrée depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui, et personne ne peut prédire l’avenir de ces matières ni leurs prix.

Lekjaa a noté, depuis le début de la discussion sur la hausse des prix, qu’il y avait un accord général sur cette hausse qui affecte tous les pays du monde, notant qu’elle est le résultat de deux crises majeures, qui ont survenu de manière consécutive en l’espace de deux ans, à savoir la pandémie du Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne.

Le ministre délégué chargé du Budget a également affirmé que la Caisse de Compensation remplit toujours ses fonctions, évoquant à cet égard le soutien destiné à l’importation de blé, de gaz butane et de sucre. Il a révélé que l’Etat a mobilisé, durant les quatre premiers mois de l’année en cours, un budget de 7,3 milliards de dirhams, contre 4,2 milliards de dirhams durant la même période l’an dernier.

« Au cours de la période de janvier à mai 2022, la subvention moyenne accordée par l’État pour chaque bonbonne de 12 kilos s’élevait à environ 100 dirhams, soit 71 % de son prix réel », a-t-il souligné, en ajoutant que « ce soutien a atteint son pic historique de 116 dirhams. Cela représente 74% du prix réel d’une bouteille de gaz de 12 kilos à 156 dirhams ».

Il est à noter que le coût de l’énergie a également connu une hausse significative, qui s’est accompagnée de la hausse enregistrée sur les marchés du pétrole et du gaz. Le coût de transport d’une tonne de gaz butane des États-Unis vers le Maroc a varié entre 39 et 73 dollars, enregistrant une moyenne de 53 dollars, soit une augmentation de 11%, selon le ministre délégué.

Suite à cette situation, il a indiqué que le Maroc a limité la tendance haussière de l’inflation au niveau le plus bas possible de 4%, par rapport aux pays à fort potentiel économique, ou aux pays appartenant à la même zone géographique. Lekjaa a expliqué que « cette limitation »est le résultat d’une politique volontariste forte qui a nécessité de prendre des décisions difficiles qui étaient principalement basées sur des calculs gouvernementaux précis. Il a également révélé que le gouvernement est sur le point d’atteindre ses premiers objectifs fixés dans le cadre du téléchargement de l’atelier de la protection sociale, soulignant que le financement de cet atelier se fera à travers un certain nombre de sources.

Nouvelle phase pour la protection sociale

Il a précisé que l’atelier de la protection sociale vise quatre axes principaux : la couverture maladie obligatoire, qui a atteint des stades avancés de téléchargement, puis la généralisation des allocations familiales, l’élargissement de la base des acteurs des systèmes de retraite, en plus de la généralisation du bénéfice de l’indemnisation de la perte d’emploi d’ici 2025.

S’agissant du premier objectif, Lekjaa a affirmé que l’atelier de la couverture maladie obligatoire a vu jusqu’à présent l’enregistrement de deux millions de participants qui ont des revenus, sans compter le nombre de bénéficiaires, ajoutant que « nous ne sommes actuellement pas loin des 8,5 millions de Marocains ciblés pour bénéficier du projet », et notant qu’avant la fin de l’année en cours, des travaux seront effectués pour introduire la catégorie couverte par le système du RAMED.

Concernant le financement de ces projets, Lekjaa a enregistré que l’Etat s’emploie à fournir un montant de 26 milliards de dirhams, ce qui constitue la moitié du coût total de ces ateliers, qui s’élève à 51 milliards de dirhams.

Les ressources de ce financement proviendront en premier lieu du transfert des dotations pour le système d’assistance médicale RAMED, qui seront suspendues, en plus des revenus de la taxe de solidarité imposée par le gouvernement à cet effet, lequel a géré au cours de l’année 2021 environ 5 milliards de dirhams, alors qu’il est prévu de percevoir plus de 6 milliards de dirhams au titre de cette taxe au cours de l’année en cours.

De plus, les fonds alloués à un certain nombre de programmes sociaux, notamment les programmes d’accueil et de soutien aux veuves, et autres, seront transférés pour financer les ateliers intéressés.



Rime TAYBOUTA

Protection sociale


22 millions de bénéficiaires supplémentaires d’ici fin 2022
 
Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, a affirmé, lundi à la Chambre des Représentants, que la généralisation de la couverture maladie obligatoire d’ici fin 2022 fait partie des piliers les plus importants des ateliers de protection sociale, car elle permettra à 22 millions de bénéficiaires supplémentaires de profiter d’une assurance maladie obligatoire qui couvre les frais de traitement, de médicaments et d’hospitalisation.

En réponse à une question orale sur le « financement des ateliers de généralisation de la protection sociale », Lekjaa a précisé que ce pilier comprend également la généralisation des allocations familiales au cours des années 2023 et 2024, dont bénéficieront environ sept millions d’enfants scolarisables, ainsi que l’élargissement de la base de participation aux systèmes de retraite.
 








🔴 Top News











 
Other