L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Bruno Retailleau fustige "l'obsession algérienne" de Macron et déplore la tension avec le Maroc


Rédigé par Yassine Elalami Vendredi 9 Juin 2023

Lors de son passage sur l'émission "Le Barbier du Matin" animée par Christophe Barbier sur Radio J, Bruno Retailleau, sénateur de Vendée et président du groupe Les Républicains au Sénat, a dénoncé le chantage mémorielle du régime algérien à l'égard de la France tout en déplorant le rapprochement inutile d'Emmanuel Macron avec l'Algérie qui a suscité des tensions avec le Maroc. Détails.



Les déclarations retentissantes des hommes politiques et diplomates français remettant en question l'accord franco-algérien de 1968 sur l'immigration se font de plus en plus nombreuses, suscitant ainsi un vif débat sur cette question cruciale.

Suite aux prises de position remarquées de personnalités telles que Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France à Alger, Édouard Philippe, ancien Premier ministre et président du parti Horizon, ainsi que Gérard Larcher, président du Sénat issu des rangs Les Républicains, qui plaident tous en faveur d'une révision de l'accord franco-algérien, même au risque d'une confrontation avec l'Algérie, c'est désormais le président du groupe Les Républicains au Sénat qui exprime son point de vue sur la question.

Lors de son passage sur les ondes de Radio J, le 8 juin, Bruno Retailleau a exprimé son soutien à Édouard Philippe et a souligné la légitimité de sa critique envers l'accord franco-algérien. Il a également fait référence à une résolution déjà préparée, prête à être soumise, qui propose la dénonciation unilatérale de cet accord. En effet, des députés du parti Les Républicains (LR) à l'Assemblée nationale ont pris l'initiative d'appeler à cette dénonciation à travers une proposition de résolution.

Face à l'interrogation du journaliste quant au risque de créer un incident diplomatique avec l'Algérie en cas de révision de l'accord, Bruno Retailleau a répondu de manière directe et sans hésitation : « Et alors ? ».

Lorsque Christophe Barbier s'est inquiété de la possibilité d'entrer dans un rapport de force ou un bras de fer avec l'Algérie, Bruno Retailleau a répondu sans détour que ce n'était pas eux qui initiaient ce bras de fer, mais plutôt les Algériens.

Selon le Sénateur de Vendée, il est devenu «inacceptable» de continuer dans cette voie, car les Algériens estiment avoir un droit moral illimité sur la France et considèrent que la colonisation leur confère des droits éternels, notamment en matière de visas. La seule solution pour mettre un terme à ce chantage, selon lui, est une normalisation des relations entre la France et l'Algérie.

Pour Bruno Retailleau, la normalisation des relations entre la France et l'Algérie est d'autant plus essentielle car il estime que l'intérêt d'Emmanuel Macron pour l'Algérie, qu'il qualifie de "fascination" et "d'obsession", a entraîné des tensions avec le Maroc. Cependant, il se demande si le président français a réellement réussi à réconcilier la France avec l'Algérie, et il déplore que la réponse soit négative.

Selon le Sénateur, la perspective d'une réconciliation entre la France et l'Algérie semble peu probable. Il explique que depuis l'indépendance de l'Algérie, une caste politique a appauvri le pays et utilise un chantage, notamment sur le plan mémoriel, envers la France









🔴 Top News