Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Brexit : Londres et Bruxelles loin d’un accord


le Lundi 14 Décembre 2020

Londres et Bruxelles jouent les prolongations à deux semaines du deadline. L’espoir, d’un deal est là, mais les différends ne sont pas pour autant dissipés.



Brexit : Londres et Bruxelles loin d’un accord
La Grande-Bretagne et l’Union Européenne ont encore des points de vue très éloignés sur certains aspects essentiels de leurs négociations sur leurs futures relations et il faut donc se préparer à un Brexit sans accord le 31 décembre, a déclaré dimanche Boris Johnson.

«Je crains que nous ne soyons encore très éloignés sur certaines choses essentielles, mais tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir, nous allons continuer à discuter pour voir ce que nous pouvons faire. Le Royaume-Uni ne va assurément pas quitter les négociations», a dit le Premier ministre britannique à la presse.

«Je dois répéter que la chose la plus probable maintenant est bien sûr que nous devons nous préparer à des conditions de l’OMC, à des conditions similaires à celle de l’Australie», a-t-il ajouté, en référence aux relations commerciales entre l’UE et l’Australie régies par les règles de l’Organisation mondiale du Commerce.

Boris Johnson a répété qu’un accord était possible si l’UE faisait évoluer sa position et il a réitéré son offre de discuter avec certains chefs d’Etat ou de gouvernement des Vingt-Sept.

Très éloignés sur les questions essentielles
«Nous sommes toujours ravis de discuter et de faire des progrès là où c’est possible. Je pense (...) qu’un accord est à portée de main si nos partenaires le souhaitent mais nous demeurons très éloignés sur ces questions essentielles», a-t-il dit. «J’ai réitéré mon offre, qui est que s’il est nécessaire de parler à d’autres capitales alors je serais très heureux de le faire».

Le négociateur européen Michel Barnier devait informer, hier lundi, les ambassadeurs de l’Union de l’état des discussions sur les futures relations commerciales avec le Royaume-Uni, a annoncé dimanche Sebastian Fischer, porteparole de la présidence allemande de l’UE.

La Grande-Bretagne et l’Union européenne se sont encore donné dimanche un délai supplémentaire pour tenter de parvenir à un accord in extremis sur leurs futures relations, à moins de trois semaines de leur divorce effectif.

La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont convenu de poursuivre les négociations commerciales, bien que les deux aient minimisé les chances de succès.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont abandonné un délai auto-imposé et ont promis de « faire un effort supplémentaire » pour conclure un accord commercial post-Brexit qui éviterait le chaos du Nouvel An et les coûts du commerce transfrontalier.

« Là où il y a de la vie, il y a de l’espoir », a déclaré Johnson, n’offrant guère d’autre justification pour poursuivre les pourparlers qui ont eu du mal à progresser pendant la majeure partie de l’année et doivent être terminés avant le 1er janvier, lorsque la période de transition pour la Grande-Bretagne, qui a quitté l’UE en janvier dernier, prend fin.

Avec des centaines de milliers d’emplois et des dizaines de milliards de commerce en jeu, von der Leyen a déclaré après sa conversation téléphonique avec Johnson que « nous pensons tous deux qu’il est indispensable à ce stade-ci de faire un effort supplémentaire ». Tout cela, a-t-elle ajouté, « malgré l’épuisement après presque un an de négociations et malgré le fait que les délais aient été maintes fois manqués ». 

Pas de progrès tangibles
Les négociateurs du RoyaumeUni et de l’UE étaient toujours en discussion au siège de l’UE dimanche, à moins de trois semaines avant que le Royaume-Uni quitte l’étreinte économique du bloc des 27 nations.

Mais leurs dirigeants n’ont pas réussi à présenter des progrès visibles sur aucune des questions en suspens concernant les règles de concurrence loyale, les mécanismes de résolution des conflits futurs et les droits de pêche.

Johnson a déclaré que le résultat « le plus probable » était que les deux parties ne parviendraient pas à un accord et retourneraient aux conditions de l’Organisation mondiale du commerce, avec les tarifs et les barrières que cela entraînerait.

On ne sait toujours pas dans quelle mesure l’écart entre les deux parties réside dans les tactiques de négociation et dans quelle mesure il reflète des différences fondamentales qui rendent un accord improbable.

Encadré

Barnier espère toujours
Le négociateur en chef de l’Union Européenne, Michel Barnier, a déclaré, lundi, qu’il était toujours fermement convaincu qu’un accord commercial sur le Brexit était possible, et a réduit à deux les différends en suspens à régler avant la nouvelle année.

Barnier a déclaré que les négociations de neuf mois avaient consisté à trouver des accords sur les règles de concurrence loyale et les droits de pêche, ne mentionnant plus la question des mécanismes juridiques pour résoudre les futurs différends qui ont également longtemps entravé les négociations.

« Deux conditions ne sont pas encore remplies », a-t-il déclaré en entrant dans une réunion pour informer les 27 pays de l’UE des progrès des pourparlers. Il devrait poursuivre les négociations avec son homologue britannique David Frost plus tard lundi. « C’est encore possible », a-t-il ajouté.

Les deux parties sont au bord d’un départ sans accord avec le Brexit, mais se sont engagées à une dernière impulsion avant le 1er janvier, date à laquelle une période de transition après le départ du Royaume-Uni du bloc le 31 janvier doit prendre fin.

  


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Janvier 2021 - 18:20 USA : Un second « Impeachement » pour Trump