Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Après les affrontements, la police israélienne rouvre l’accès aux abords de la Porte de Damas


Rédigé par M.K avec AFP le Lundi 26 Avril 2021

Des heurts avaient éclaté après que la police ait empêché les Palestiniens de s’asseoir sur les marches entourant la porte de Damas pendant le ramadan.



Afin de calmer les tensions des derniers jours, les autorités israéliennes ont autorisé, dimanche 25 avril au soir, les Palestiniens à pouvoir de nouveau pénétrer à une promenade située aux abords de la porte de Damas, dans la vieille ville d’Al Qods. Dès que les autorités ont annoncé que la zone était ouverte à tout le monde, des centaines de Palestiniens se sont retrouvés près du principal accès à l’esplanade des Mosquées.

La décision a été prise suite à « des consultations avec des responsables locaux, des responsables religieux, et une évaluation de la situation, tout en prenant en considération les commerçants qui ont besoin de vivre, et afin de réduire le niveau de violence », a indiqué un porte-parole de la police. « Nos forces sont toujours déployées sur le terrain et nous ne permettrons pas le retour de la violence », a-t-il ajouté.

Un groupe de Palestiniens qui ont sorti le drapeau de la Palestine se sont vus chassés par les autorités israéliennes.

Plusieurs jours d’affrontement

Pour rappel, plusieurs affrontements ont éclaté ces derniers jours à Al Qods à la suite d’une décision prise par les autorités d’empêcher les Palestiniens de s’asseoir sur les marches autour de la porte de Damas, un lieu où ces derniers se retrouvent durant le ramadan. Dès l’instant où des juifs d’extrême droite ont planifié de manifester à proximité, cela a été perçu comme une provocation.

Les protestations les plus violentes se sont déroulées jeudi soir lorsque des Palestiniens ont souhaité faire obstacle à ces manifestants qui criaient « mort aux Arabes ». La police israélienne a alors bloqué les Palestiniens, parmi lesquels une centaine ont été blessés, ainsi qu’une vingtaine de policiers israéliens.

Des manifestants palestiniens ont affronté les forces israéliennes en leur jetant des pierres et bouteilles d’eau, celles-ci ont répliqué avec des grenades assourdissantes et des canons à eau. Et selon la police, des cocktails Molotov ont été envoyés entre Al Qods et la Cisjordanie occupée. 

 Samedi, Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, a tenté un apaisement et a déclaré « Nous maintenons la liberté de culte comme chaque année, pour tous les habitants et tous les visiteurs de Jérusalem ».

Hamas menace Israël

La branche armée du Hamas, mouvement islamiste palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, a fait savoir qu’il soutenait les Palestiniens d’Al Qods et menacé de s’en prendre à Israël.
 
L’armée israélienne a déclaré dimanche soir qu’un projectile avait été tiré « depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien », sans apporter d’autres détails. Trois roquettes avaient été tirées samedi soir depuis la bande de Gaza. Une a été interceptée par le bouclier antimissile israélien, une autre a explosé dans un terrain vague et la dernière a fini sa course dans la bande de Gaza, avait alors indiqué l’armée.

La réponse d’Israël ne s’est pas fait attendre : ce lundi, la zone maritime de la bande de Gaza a été fermée « complètement et jusqu’à nouvel ordre », a souligné le Cogat, unité israélienne chargée des opérations civiles dans les territoires palestiniens, dans un communiqué. Dorénavant, les pêcheurs gazaouis ne peuvent plus sortir en mer.
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >