Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ahmed Afilal El Alami Idrissi : « Un deuxième confinement sera désastreux pour les PME et les TPE »


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 24 Août 2020

Le président de l’Union Générale des Entreprises et Professions (UGEP) alerte sur les répercussions d’un deuxième confinement sur les petites et moyennes entreprises



Ahmed Afilal El Alami Idrissi, président de l’UGEP
Ahmed Afilal El Alami Idrissi, président de l’UGEP
- Les signes avant-coureurs d’un deuxième confinement généralisé de la population se multiplient. Un deuxième confinement va-t-il tuer les PME et les TPE ?
- Les conséquences d’un deuxième confinement seront inéluctablement désastreuses sur la situation des PME et TPE, étant entendu qu’aujourd’hui déjà ces entreprises sont dans une situation catastrophique, voire très critique. Malgré tout ce qui a été entrepris jusqu’à aujourd’hui par le gouvernement et que nous considérons comme insuffisant pour soutenir réellement ces PME et TPE, un deuxième confinement sonnerait le glas pour un bon nombre d’entreprises, qui seraient obligées de se mettre en situation de faillite et de procéder au licenciement de leur personnel. Pour ne pas en arriver à cette situation extrême, nous recommandons à toutes ces entreprises de veiller au respect strict des consignes de sécurité sanitaire au sein de leur unité. Seule une prise de conscience collective de l’importance du respect de ces consignes nous permettra d’éviter d’arriver à cette situation de nouveau confinement extrêmement préjudiciable à tous.

- Quid des emplois saisonniers, suspendus, comme on l’a vu, suite à la fermeture de plusieurs plages ?
- Comme dans tous les métiers liés au tourisme et à l’artisanat, la pandémie du nouveau Coronavirus a provoqué la suspension d’un grand nombre d’emplois saisonniers liés à la fermeture de plusieurs plages, privant ainsi plusieurs milliers de personnes et donc de familles de revenus quotidiens. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Nous demandons que cette population issue dans la grande majorité du secteur informel puisse bénéficier, pour la période où elle était censée travailler, du soutien de l’Etat comme cela a été accordé pour ceux qui vivent dans l’informel et qui n’ont pas de carte Ramed.

- Quelles sont les mesures d’aides renforcées préconisées par l’UGEP pour sauver les TPE menacées suite aux restrictions imposées par les autorités ?
- L’UGEP a alerté plusieurs fois le gouvernement sur les risques encourus par les TPE du fait des conséquences de cette pandémie et a présenté une série de propositions pour soutenir ces TPE dans cette période difficile. Trois axes ont été proposés. Il s’agit de la mise en place de financements adaptés aux TPE (crédits relance mais aussi Intelaka) avec un suivi régulier des réalisations du secteur bancaire en la matière. En plus de la mise en place d’instruments financiers permettant l’investissement dans les TPE du secteur productif en fonds propres ou quasi fonds propres dans l’objectif de soutenir la pérennité de l’activité de ces TPE afin de leur permettre de retrouver le chemin de la croissance. Le troisième axe est la mise en place de structures d’accompagnement de ces TPE pour accéder aux financements adéquats et à la bonne utilisation des fonds obtenus.

Recueillis par Safaa KSAANI 

Portrait

Les succès de l’UGEP se multiplient dès son arrivée 

Ahmed Afilal El Alami Idrissi a eu son baccalauréat au lycée Moulay Youssef à Rabat en 1987, avant de partir à New York pour terminer ses études où il a eu son Doctorat en Marketing et Commerce. En 1996, il retourne au Maroc pour monter sa société de recyclage de déchets. Avant d’être élu à la tête de l’Union Générale des Entreprises et Professions (UGEP), en 2017, il y était membre du Bureau exécutif, depuis 2006.

Parmi les événements phares qui ont marqué son mandat se trouve le lancement du Programme intégré d’appui et de financement des entreprises en vue de faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises au financement.“Sa Majesté le Roi Mohammed VI a demandé aux banques, dans son discours royal du 11 octobre 2019 à l’occasion de la rentrée parlementaire, de financer les PME, TPE et auto-entrepreneurs”, ce qui est un grand pas et un acquis, selon le président de l’UGEP. La mise en place de la couverture sociale (couverture médicale et retraite) au profit des commerçants et des professionnels est un combat mené par l’UGEP depuis des années. Sa récente concrétisation est une fierté pour Ahmed Afilal El Alami.

Son rêve est de voir le gouvernement marocain comprendre qu’aucune croissance ou développement économique ne verront le jour sans les TPE, qui constituent avec les PME 95% du tissu économique marocain.

S. K.

Repères

Signes avant-coureurs d’un deuxième confinement
Dans un communiqué publié jeudi 20 courant, le gouvernement informe qu’il a été décidé, au niveau de Casablanca, de Marrakech et de Béni Mellal de fermer des plages, des hammams et des salons de beauté. Aussi, a-t-il été décidé de fermer tôt le soir les cafés, les restaurants et les commerces tout en veillant au respect de la capacité d’accueil fixée à 50 %, de contrôler le respect de la capacité d’accueil des moyens de transport public. L’accès aux marchés, aux souks et aux espaces verts et parcs publics sera également réduit. Des mesures qui limiteront les activités et gains des TPE et PME.
Plan de sauvegarde spécifique de l’UGEP
Dans une lettre adressée, 7 mai dernier, au Comité de Veille Economique (CVE), l’UGEP a tenu à leur accorder une attention particulière, et ce, à travers la mise en place d’un plan de sauvegarde spécifique. Il s’agit de l’adaptation du produit « Damane Oxygène » aux spécificités de cette catégorie d’entreprises, la création d’un fonds d’investissement, doté d’une enveloppe d’au moins 1 milliard de dirhams, et enfin regrouper les compétences de la CCG et de Maroc PME au sein d’une entité unique en vue d’agir comme une banque publique d’investissement. 
Le renforcement des TPE pour réussir Intelaka
L’appui et le renforcement des TPE est une condition sine qua non pour réussir le programme intégré d’appui et de financement des entreprises, avait affirmé le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, M. Nizar Baraka, lors d’une rencontre, organisée à l’initiative de l’UGEP, tenue février dernier. Ce programme, qui prévoit une batterie de mesures importantes au profit des segments cibles, en particulier le plafonnement des taux d’intérêt à 2%, et à 1,75% pour le monde rural, permettra de faciliter l’accès au monde entrepreneurial aux jeunes, artisans et commerçants, en vue de créer de l’emploi et de la valeur ajoutée dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

  


Dans la même rubrique :
< >