Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Affaire IliassTahiri : des ONG mènent la bataille


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 2 Juillet 2020

Des organisations marocaines et espagnoles reviennent à la charge, en organisant un sit-in devant le tribunal d'Almeria en Espagne.



Affaire IliassTahiri : des ONG mènent la bataille
Nul besoin de rappeler l’histoire du meurtre du jeune marocain IliassTahiri, décédé le 1er juillet 2019 dans le centre de détention Tierras de Oria à Almeria, et qui fait les unes de la presse nationale et internationale.

Une année après son décès, et comme annoncé par «  L’Opinion », les membres de la famille de Iliass, soutenus par la présence de trois Organisations espagnoles (Nacion Andaluza, CNT, et IZAR) et un collectif marocain, ont organisé, mercredi dernier, un sit-in devant le tribunal d’Almería. Un geste en hommage à Iliass Tahiri, et pour demander la réouverture de l’enquête judiciaire. Une affaire classée
comme “accidentelle”, fin janvier 2019, par la juge TerezaInés Sánchez, qui avait conclu qu’il s’agit d’une mort accidentelle, et non pas d’une mort par asphyxie suite à une violence».

Du côté des représentants marocains, le collectif “Justice pour Iliass”, composé notamment du président de la fondation “Ibn Battuta” présente en Espagne, multiplie les actions dans l’affaire du Georges Floyd marocain. Parmi elles, la présentation d’un projet de loi relatif à l’interdiction de l’utilisation du protocole de contention mécanique dans les centres de détention des mineurs en Espagne au Parlement espagnol.

Pour sa part, la famille du défunt maintient son combat et exprime son inquiétude et sa solidarité avec les mineurs détenus en Espagne. “ Rien ne pourra ressusciter Iliass, mais nous souhaitons participer à l’amélioration des conditions de détention des mineurs à travers, principalement, l’abolition du protocole de contention mécanique dans l’ensemble des centres pour mineurs, non seulement en Espagne, mais partout dans le monde”, nous a affirmé M. Abdelmounaïme Tahiri, frère du défunt.

  


Dans la même rubrique :
< >