Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

8 Mars en Algérie : Marginalisation, violence, harcèlement


Rédigé par La rédaction le Mercredi 9 Mars 2022

Les femmes algériennes ont célébré leur journée internationale dans un contexte de la baisse du pouvoir d'achat, de la propagation du divorce, et de certaines violences. La femme algérienne vit toujours la marginalisation.



La militante politique algérienne Salwa Ben Ali affirme que les femmes algériennes sont encore marginalisées dans divers aspects de la vie, en plus de la violence à laquelle elles sont confrontées dans la famille, moralement et physiquement, qui appelle à un resserrement des textes juridiques et du suivi de leur application sur le terrain afin de mettre un terme à ce phénomène qui hante les femmes en silence, lit-on dans « independentarabia.com ».

Salwa Ben Ali ajoute que les droits politiques que les femmes algériennes ont acquis ne le sont plus compte tenu de la faiblesse de leur position au sein des partis et des syndicats, malgré le statut accordé aux femmes par la législation, les constitutions et les lois pour faciliter leur entrée dans le monde politique et pour occuper des postes à responsabilité.

Ben Ali a ajouté que la récente dégradation du statut des femmes dans les conseils élus locaux et législatifs est due à l'adoption de la liste ouverte, qui est contrôlée par les choix des électeurs, et à la nature de la société qui marginalise encore les femmes, soulignant que les partis ont saisi l'occasion et n'ont pas facilité l'accès des femmes aux postes politiques. 

Persistance de souffrances latentes

De son côté, le professeur de droit public, le juriste Abul-Fadl Bahlouli, estime que la constitution algérienne portait dans son contenu la volonté politique forte de l'application du principe de l'égalité entre les hommes et les femmes,  notamment dans le domaine de la participation politique, comme le stipulait la loi électorale, sur le principe de la parité au lieu des quotas, et ce dans le cadre de la loi organique sur les élections, qui permet aux femmes de se présenter et de voter sur le même pied que les hommes.

Cependant, il existe des souffrances "latentes" qui persistent encore dans de nombreux domaines. Bahlouli évoque le phénomène du harcèlement au travail, qui est pratiquement difficile à prouver, contrairement à la faible culture juridique de la travailleuse concernée, appelant à une révision de la procédure pour de tels crimes, révision du droit de la famille et ouverture d'un large débat sur les règles juridiques qui sont ambiguës et n'ont pas atteint leurs objectifs au sein de la société, et d'autres étapes.

Dans le même contexte, les services de sécurité ont traité environ huit mille cas liés à la violence contre les femmes et les filles au cours des huit premiers mois de l'année écoulée, car sur le total des cas qui ont été comptabilisés, 51% des actes étaient liés à l'injure et menaces, 38% étaient des agressions physiques et 4% étaient liées à des atteintes à la vie personnelle des victimes, tandis que 2% concernaient des enlèvements de filles, en plus de l'exposition de 2% à des actes immoraux et de 2% à des actes sexuels, tandis qu'un pour cent d'entre eux ont été victimes de harcèlement sexuel.

D'autre part, une étude sociale de la chercheuse en sociologie, Amal Benaissa, a montré que le Bureau des statistiques indique que 51% des femmes algériennes qui ont atteint l'âge de procréer courent le risque de devenir célibataires, et qu'il y a quatre millions de célibataires au-delà de l'âge de 35ans, et que les estimations totales révèlent qu'il y a environ 12 millions de célibataires.


 

  


Dans la même rubrique :
< >