Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

20 Février, quel héritage pour le Maroc de la Constitution 2011 ?


Rédigé par Anass Machloukh le Samedi 20 Février 2021

Dix ans après le mouvement du 20 Février et l’adoption de la Constitution 2011, le Maroc cherche toujours à lutter contre les maux qui ravagent la cohésion sociale au bout d’une décennie marquée par l’échec des politiques gouvernementales en matière sociale.



20 Février, quel héritage pour le Maroc de la Constitution 2011 ?
Dix ans après le mouvement du 20 Février et l’adoption de la Constitution 2011, le Maroc cherche toujours à lutter contre les maux qui ravagent la cohésion sociale au bout d’une décennie marquée par l’échec des politiques gouvernementales en matière sociale. Un bilan qui divise au moment où les échéances électorales approchent à grand pas et qu’une bonne partie des Marocains exprime son scepticisme, suite aux multiples échecs de l’Exécutif.
 
« Le peuple veut abolir la corruption », c’est le slogan brandi par les Marocains en 2011 pour exprimer leur colère contre la corruption, les tripatouillages et la prévarication dans la gestion des affaires publiques, sans oublier un rétrécissement marqué de la marge des libertés publiques et individuelles, ainsi que bien d’autres maux dont souffre le Maroc depuis plusieurs décennies. Une revendication portée par le mouvement dit «20 Février», dont dix ans nous séparent maintenant de sa naissance. Dans la foulée de la vague protestataire qui secouait le monde arabe à l’époque, le Royaume avait choisi la voie de la transition démocratique avec une nouvelle Constitution adoptée à 98% des voix. Une transition qui assure l’équilibre des pouvoirs et qui donne plus de prérogatives à l’Exécutif et au Parlement, renforçant ainsi les instances de gouvernance et de représentativité.
 
« Dignité, liberté et justice sociale », sont les principales revendications du mouvement. Lesquelles ne semblent pas encore trouver écho dans l’esprit des membres du gouvernement, dont les composantes ont légèrement changé durant la dernière décennie. Hausse des inégalités sociales, méfiance des citoyens vis-à-vis des institutions, hausse de la corruption et de l’impunité, et marasme du chantier de moralisation de la vie publique…sont autant de syndromes de la crise de confiance que traverse actuellement le Royaume, en dépit des réformes institutionnelles, économiques et sociales, entreprises depuis des années. Quel héritage après deux mandats gouvernementaux dont les tenants ont promis d’en finir avec la corruption ?
 
Inégalités sociales : l’ultralibéralisme dévastateur
 
Force est de constater que la quête d’un nouveau modèle de développement est, en soi, une volonté de transcender l’échec de réformer le pays après l’épisode de 2011. Le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a appelé, à maintes reprises, à établir un nouveau contrat social, après que la crise sanitaire ait démontré la fragilité sociale du pays et les effets désastreux de dix ans de politiques ultra-libérales qui n’ont fait qu’exacerber les inégalités sociales et attenter au pouvoir d’achat des citoyens. Une politique qui a hissé le Royaume parmi le classement peu honorable des pays les plus inégalitaires à l’échelle régionale et continentale, selon un rapport d’Oxfam publié en 2019.

Libéralisation des marchés, explosion de la concurrence déloyale, privatisation des services publics (en l’occurrence Education et Santé), sont les lignes directrices d’une politique conduite par l’ancien et l’actuel gouvernement, ayant suscité la grogne sociale tout au long des dix dernières années. En témoigne la multiplication des manifestations et des sit-in dans plusieurs villes du Maroc, guidés par des aspirations communes : emploi, éducation, santé et de meilleurs services publics. L’Etat social est une nécessité absolue et une revendication qui fait le consensus aussi bien dans la classe politique qu’ailleurs. Un chantier précipité par la crise sanitaire dont la généralisation de la couverture sociale en est la preuve.
 
Corruption : l’Etat bat en retraite
 
« La lutte contre la corruption » fut la principale promesse des deux majorités qui ont dirigé l’Exécutif jusqu’ici. Cependant, les ravages du fléau qui a fait sortir les Marocains dans la rue en 2011 se font sentir plus que jamais. Ceci s’est révélé de manière fulgurante lors de la campagne de boycott en 2018, où les citoyens se sont clairement exprimés contre la concurrence déloyale et la prolifération des oligopoles, encouragés par un libéralisme gouvernemental démesuré. À cela, s’ajoute « la victoire » de la corruption dans les secteurs aussi bien public que privé, laquelle a triomphé de toutes les tentatives de l’éradiquer.
 
La réforme du code pénal visant la pénalisation de l’enrichissement illicite est toujours en gestation, et celle de l’Instance de Probité est bizarrement bloquée au Parlement, un blocage intriguasse et dérangeant qui a poussé une fois de plus les députés Istiqlaliens, dont Omar Abassi lors d’un plaidoyer mémorable au Parlement, à dénoncer une volonté de saboter ces réformes. Par ailleurs, l’usage de l’argent ainsi que ses relations incestueuses avec la politique constitue une tare permanente constamment et récemment décriée par le comité exécutif de l’Istiqlal dans son dernier communiqué qui appelle expressément à affranchir la politique du diktat l’argent à l’approche des prochaines échéances électorales.
 
 
Ainsi, la moralisation de la vie publique et bien plus qu’un certain recul des libertés et droits individuels, reste le grand échec des dix dernières années, d’autant que l’impunité, les détournements de fonds publics et les conflits d’intérêts ne cessent de prendre de l’envergure, au point de menacer la cohésion sociale en favorisant la polarisation de la société, selon l’expression de Nizar Baraka lors de son dernier passage à la Fondation Abderrahim Bouabid.  

Trois questions à Abdesselam Lebbar

Abdesselam Lebbar, président du groupe istiqlalien pour l’Unité et l’Egalitarisme à la Chambre des conseillers, nous a livré sa lecture de dix années de pratique gouvernementales après la constitution de 2011.

- Ça fait dix ans que le Maroc a adopté une nouvelle constitution, après la vague de protestation de 2011 qui avait revendiqué la fin de la corruption. Le Maroc a-t-il progressé dans ce domaine ?

- A mon avis, les deux derniers gouvernements ont mené une politique qui est en contradiction avec leurs promesses électorales. Tout au long des deux derniers mandats, nous avons tous assisté à une politique économique très inégalitaire, avec plus d’indulgence à l’égard des lobbys et des intérêts privés. Aucun progrès n’a été remarqué en matière de lutte contre la corruption. N’est-ce pas que ce sont les deux précédents gouvernements qui ont brandi le slogan « Dieu pardonne ce qui précède », en référence à la corruption financière ? Je peux même vous dire que la corruption s’est affermie ces dernières années. Il suffit de constater à quel point les lobbys et les oligopoles sont devenus puissants. En résumé, les deux gouvernements précédents se sont prévalus du contexte social du Maroc en 2011 pour arriver au pouvoir sans pour autant parvenir à répondre aux aspirations du 20 Février.

- Peut-on parler d’un échec en matière de moralisation de la vie publique ?

- L’échec est patent, en dépit des promesses. Les deux gouvernements qui se sont succédés n’ont pas fait preuve de clairvoyance en matière de gouvernance ni de transparence. Ce dont témoigne la gestion hasardeuse de la passation des marchés publics et des nominations dans les hautes fonctions, qui sont distribués arbitrairement, au gré des allégeances partisanes. Outre cela, les grands dossiers de corruption et notamment ceux relatifs à l’exploitation des ressources naturelles ne sont pas encore résolus. J’ajoute que même les grandes réformes économiques que le Royaume avait entreprises jusqu’à présent à savoir le plan Maroc Vert et le Plan d’Accélération Industrielle, sont sabotées par la prédominance du clientélisme. Face à cette situation, le gouvernement n’a eu de cesse de justifier son échec par « les poches de résistance ».

- La nouvelle constitution a renforcé le pouvoir exécutif, les dix dernières années ont-elles illustré cela dans la pratique gouvernementale ?

- Absolument pas, bien que la constitution ait manifestement doté le chef du Gouvernement de nouvelles prérogatives, celles-ci ne furent guère exploitées dans l’intérêt général. L’actuel Exécutif, comme le précédent, n’ont guère respecté les engagements du programme sur la base duquel ils ont obtenu la confiance de députés. En sus, ils ne se sont pas donnés les moyens pour mettre en oeuvre leurs engagements et améliorer la situation sociale du pays, le chômage est à son comble avec 14%, l’investissement ne cesse de dégringoler à cause de la bureaucratie accablante. Je conclus en disant que l’Exécutif n’a pas pu mettre son pouvoir renforcé au service de la lutte contre la pression des lobbys qui triomphent encore de l’intérêts général, et remarque cela à chaque proposition de loi relative à la gestion des grands marchés et dans l’élaboration des lois des finances.