Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

​Primaire : 22,3% des ménages composés de filles n'arrivent pas à suivre les cours à distance


Rédigé par La rédaction avec MAP le Mercredi 24 Février 2021

Les ménages composés de filles seulement qui n'arrivent pas à suivre ou ne suivent que partiellement les cours à distance s'élève à 22,3% au primaire et 22,1% au collège, relève le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un rapport publié en partenariat avec l'ONU Femmes.



​Primaire : 22,3% des ménages composés de filles n'arrivent pas à suivre les cours à distance
Ces fréquences sont respectivement de 21,1% et de 16% pour les ménages composés de garçons uniquement, indique le rapport d'analyse genre de l’impact de la pandémie COVID-19 sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.

Dans les ménages composés à la fois de filles et de garçons, la prévalence de non suivi (18,8% au primaire et 13,2% au collège) devient plus faible que dans le cas où il n’y a que des filles, précise le rapport.

Globalement, au début du confinement, les enfants qui ne suivaient pas du tout les cours à distance représentaient des proportions assez proches selon le niveau scolaire. Un total de 21% au primaire et 18% au collège (8 à 12% en France).

Les écarts constatés sont principalement dus aux canaux utilisés pour le suivi des cours à distance, notamment les réseaux sociaux, les plateformes numériques et les chaînes de télévision, indique le rapport, notant qu'un grand nombre d’enfants appartenant aux ménages dirigés par une femme ne suivent pas les cours à distance.

"Pour des mêmes niveaux d’éducation, les ménages dirigés par les femmes sont plus nombreux à déclarer que leurs enfants ne suivent pas du tout les cours à distance", relève le rapport. Ainsi, lorsque le niveau d’éducation le plus élevé dans le ménage correspond au collège, 33,7% des enfants inscrits au primaire ne suivent pas les cours dans les ménages dirigés par une femme, 22,4% pour ceux dirigés par un homme. Pour les enfants inscrits au collège, les prévalences du non suivi des cours sont respectivement de 31% et de 21%.

En outre, dans les ménages où le niveau d’éducation le plus élevé est bas (primaire), les chefs de ménage femmes (CdM-F) sont moins nombreuses (17% contre plus du double 35,5% pour les chefs de ménage homme (CdM-F)) à déclarer que leurs enfants suivent régulièrement les cours.

Concernant les canaux utilisés pour suivre les cours au primaire et au collège, respectivement 41% et 30% des CdM-F déclarent être très satisfaites des méthodes utilisées contre 23% et 26% pour les CdM-H.

Près de trois-quarts (73%) des ménages constitués exclusivement par des femmes déclarent être très satisfaits contre 24,5% des ménages dont seulement le tiers est du genre féminin.

Et de noter que les femmes apparaissent plus satisfaites des cours à distance soit parce qu'elles sont de milieux plus modestes et donc moins exigeantes vis-à-vis de la qualité du suivi de l’éducation de leurs enfants, ou encore parce qu’elles ont un niveau d’études plus bas pour être capables d’apprécier correctement les méthodes d’enseignement utilisées.

Concernant la raison du non suivi des cours à distance, près de la moitié (46%) des CdM-F déclarent manquer de moyens ou d'outils pour permettre l’enseignement à distance de leurs enfants inscrits au niveau primaire contre 43,5% pour les CdM-H.

Du point de vue de la composition des ménages, 79% des ménages composés seulement de femmes expliquent l’irrégularité ou l’absence du suivi des cours par le manque de moyens et d’outils d’enseignement, contre 48,6% lorsque moins d’un tiers du ménage est de sexe féminin.

Selon la même source, le manque de communication directe et d’interactivité est l’une des principales raisons évoquées par les ménages pour justifier leur insatisfaction des cours à distance, 39% des ménages interrogés regrettent le manque d’interactivité avec le corps enseignant. Plus la part des membres de sexe féminin est grande dans un ménage, plus ce pourcentage est élevé (28% pour les ménages dont moins d’un tiers sont des femmes et 61% pour les ménages composés exclusivement de femmes).

Et de relever que la crise sanitaire a exacerbé les disparités en termes d'apprentissage et d’acquisition de connaissances parmi les enfants appartenant aux ménages dirigés par une femme par rapport à ceux dirigés par un homme 22% des enfants scolarisés dans le primaire et 17% dans le collège se montrent désintéressés par le suivi des cours à distance dans les ménages dirigés par des femmes.

En revanche, ces pourcentages sont de 14% et 9% respectivement pour les deux niveaux d’études dans les ménages dirigés par les hommes. Cela s’explique en partie par le moindre suivi dont les premiers bénéficient et par les moyens moins disponibles; cela augure à nouveau d’inégalités entre les enfants selon le genre du CdM auquel ils appartiennent. Telle situation risque d’accentuer davantage les inégalités scolaires de ces deux catégories d’enfants, conclut la même source.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du programme de partenariat entre le HCP et ONU-Femmes intitulé "Les Femmes Comptent" dont l’objectif est de promouvoir un environnement institutionnel favorable à la production, la dissémination et l’utilisation des statistiques sensibles au genre, renforcer la production de statistiques sensibles au genre et appuyer la diffusion et l’accessibilité des statistiques sensibles au genre auprès de l’ensemble des utilisateurs au Maroc.