Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

​Le PAM a besoin de 35 millions de dollars pour faire face à la crise alimentaire au sud de Madagascar


Rédigé par La rédaction avec MAP le Mardi 12 Janvier 2021

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé, mardi, un appel urgent pour collecter 35 millions de dollars afin de faire face à la crise alimentaire qui menace un tiers de la population au Sud de Madagascar.



​Le PAM a besoin de 35 millions de dollars pour faire face à la crise alimentaire au sud de Madagascar
«Près de 1,35 million de personnes seraient en situation d'insécurité alimentaire, soit 35% de la population de la région sud du pays», a averti le PAM dans un communiqué, soulignant que ce chiffre est presque le double de ce qui a été enregistré durant la même période de l'année dernière.

«Trois années consécutives de sécheresse combinées à une forte récession causée par la pandémie de la Covid-19 menacent un tiers de la population du sud de Madagascar de ne pas trouver de quoi se nourrir», a insisté l'Organisation onusienne.

Elle a souligné également qu'alors que les taux de malnutrition sévère continuent de grimper et que de nombreux enfants sont contraints de mendier pour aider leur famille à se nourrir, une action urgente est nécessaire pour éviter une crise humanitaire.

Rappelant qu'une aide alimentaire est fournie actuellement à près de 500.000 personnes en situation d'insécurité alimentaire grave dans les neuf districts les plus durement touchés du sud, le PAM fait observer qu'il a l'intention d'intensifier son aide pour atteindre près de 900.000 personnes des plus vulnérables d'ici juin 2021.

«La pandémie de la Covid-19 a aggravé les difficultés de ces populations qui ont perdu leurs emplois saisonniers. De nombreuses familles comptaient sur ces revenus pour traverser la période de soudure, qui s'étend de janvier à avril», a poursuivi l’organisation.

Le représentant du PAM à Madagascar, Moumini Ouedraogo, a souligné que «nous ne pouvons pas affronter une autre année comme celle-ci. Sans pluie et avec une mauvaise récolte, les gens seront confrontés à la famine. Personne ne devrait avoir à vivre comme ça».

Les enfants sont les plus touchés par la crise alimentaire et la plupart d'entre eux ont abandonné l'école pour mendier, poursuit le PAM, notant qu'une enquête menée dans la commune d'Amboasary en octobre dernier a révélé que trois enfants sur quatre sont absents de l'école principalement pour aider leurs parents à chercher de la nourriture.