L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Walid Regragui : Les « oui mais » d’un renouvellement de confiance


Rédigé par Souhaïl AMRABI le Mardi 6 Février 2024



Walid Regragui : Les « oui mais » d’un renouvellement de confiance
Le renouvellement de mandat de Walid Regragui à la tête de la direction technique de l’équipe nationale de football est une sage décision qui était aussi prévisible que souhaitable. Fortement marquée par la prouesse exceptionnelle qui nous semble aujourd’hui anecdotique des Lions de l’Atlas lors du Mondial du Qatar, l’œuvre encore inachevée de ce monsieur méritait bien ce sursis. Le temps nous dira si Regragui va mettre à profit cette rallonge pour prouver soit le bien-fondé, soit le mal-fondé, de ce que tout un chacun pense aujourd’hui de lui et de ses véritables compétences. 

Mais ce qui est sûr, c’est que la résiliation de son contrat aurait été une décision injuste étant donné que son faux-pas monumental lors de la CAN actuellement en cours en Côte d’Ivoire, n’est que le premier dans son parcours sur lequel beaucoup et peut-être même trop d’espoirs étaient fondés. Cette rallonge était d’autant plus souhaitable que le calendrier de notre équipe nationale est rempli d’échéances proches et décisives qui ne pouvaient souffrir aucune tergiversation ou bricolage à la tête de la direction technique.

Maintenant, il importe de crever l’abcès des non-dits en disant certaines vérités dérangeantes qui se ruminent dans l’opinion publique nationale in petto, mais qui ne tarderont pas à s’enflammer ouvertement à la moindre déconvenue. La première de ces vérités est que Regragui, dont le leadership n’est plus à démontrer, a montré certaines lacunes techniques et tactiques auxquelles il faut rapidement remédier en lui adjoignant un ou plusieurs experts aguerris en la matière.

L’autre nécessité est la maîtrise de la communication pour prémunir l’environnement mental de notre équipe nationale des risques de parasitage. Car, contrairement à la Coupe du Monde où le style de Walid Regragui, tout en improvisation et en spontanéité, avait fait tout son charme, ce même style en Coupe d’Afrique, où le Maroc et son entraîneur étaient désormais auréolés du statut de quatrième mondial, nous a coûté des turbulences dont on pouvait et dont on devait se passer. Dont acte ! 







🔴 Top News