L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Vue panoramique de la situation économique : Une évolution encourageante des différents indicateurs


Rédigé par Wolondouka SIDIBE Jeudi 6 Juillet 2023

L’économie nationale enregistre une croissance appréciable dans un contexte marqué par l’inflation et une amélioration de la capacité de financement. Par ailleurs, la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l'économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 780,6 milliards de dirhams (MMDH) à fin mars 2023, contre -797,2 MMDH à fin décembre 2022. Explications.



En ce début du mois de juillet, plusieurs notes du Haut-Commissariat au Plan (HCP) indiquent que l’économie nationale, dans ses différents pans, prend de la couleur avec une résilience avérée. Ainsi, dans son rapport sur la situation économique nationale au premier trimestre 2023, le HCP souligne que la croissance économique nationale s'est améliorée de 3,5%. Tandis que les activités non agricoles ont augmenté, en volume, de 3,2% et celles du secteur agricole de 6,9%.

Tirée par la demande extérieure, cette croissance a été réalisée dans un contexte d'une forte inflation et d’une amélioration de la capacité de financement de l'économie nationale. Au détail, lit-on dans le rapport, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré une augmentation de 6,6% au T1-2023, suite à la hausse de l'activité de l'agriculture de 6,9% et au ralentissement de la croissance de la pêche à 0,3%.

Pour ce qui est de la valeur ajoutée du secteur tertiaire, le HCP rapporte qu’elle a progressé de 5,4%. En outre, elle a été marquée par une amélioration des activités des hôtels et restaurants avec 53,9%, du transport (7,1%), des services financiers et assurances (5,4%), des services rendus par l'Administration Publique générale et la sécurité sociale (4,6%).

Malgré le ralentissement de la croissance des services de l'éducation, ajoute le HCP, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume a été marquée par la baisse de la santé et de l'action sociale de 4,5%, de recherche et développement et services rendus aux entreprises de 2,1%, du commerce et réparation de véhicules de 1,5% et des postes et télécommunications de 0,9%.
 
Demande intérieure

En revanche, soutient le rapport, la valeur ajoutée du secteur secondaire a reculé de 1,3%, en raison de la baisse des valeurs ajoutées de l'industrie d'extraction de 11,8%, du bâtiment et travaux publics de 3,4%, de l'électricité et de l’eau de 2,4% et de la hausse de celles des industries de transformation de 1,8%.

Concernant la demande intérieure, elle a enregistré une quasi-stabilité au premier trimestre 2023, au lieu d'une baisse de 1,7% durant la même période de l'année 2022. Ainsi, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 0,1% au lieu d'une baisse de 1,3%, avec une contribution à la croissance de 0,1 point. 

De même, la consommation finale des administrations publiques a augmenté de 2,7% au lieu de 3,5%, avec une contribution à la croissance de 0,5 point. En revanche, l'investissement brut (formation brute de capital fixe, variation des stocks et acquisition nette d’objets de valeurs) continue à enregistrer des baisses de son taux d'accroissement en affichant un recul de 2,6%, avec une contribution négative à la croissance de 0,6 point.

Par ailleurs, le HCP fait savoir qu'au niveau des échanges extérieurs de biens et services en volume, aussi bien les exportations que les importations ont enregistré de fortes hausses durant le premier trimestre de 2023. Les exportations de biens et services ont progressé de 19,8%, avec une contribution à la croissance de 7,8 points et les importations ont augmenté de 8,8%, avec une contribution négative à la croissance de 4,2 points. Dans ce cadre, les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une contribution positive à la croissance, se situant à 3,6 points.

Sur ce volet, l’Office des Changes rappelle que la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l'économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 780,6 MMDH à fin mars 2023, contre -797,2 MMDH à fin décembre 2022.

Selon l’Office, cette situation résulte de la hausse simultanée des encours des avoirs financiers de 24,8 MMDH et des engagements financiers de 8,2 MMDH. Pour lui, la hausse de l'encours des avoirs financiers est conséquente principalement de l'augmentation de 23,5 MMDH de l'encours des avoirs de réserve.
 
Produit intérieur brut

Concernant la progression des engagements financiers, elle s'explique par l'accroissement enregistré au niveau de l'encours des investissements de portefeuille (22,6 MMDH) atténué, néanmoins, par les baisses de l'encours de la composante «autres investissements» (-10,5 MMDH) et de l'encours des investissements directs (-3,9 MMDH), fait savoir l'Office dans son communiqué sur les résultats des échanges extérieurs.

Toujours dans l’analyse du HCP, l'épargne nationale s'est située à 24,9% du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre de cette année, au lieu de 22,9% au T1-2022. Cette évolution tient compte de l'augmentation de 7,5% de la consommation finale nationale en valeur au lieu d'une hausse de 6% enregistrée une année auparavant.

A ce sujet, le HCP fait savoir qu’avec la hausse de 8,9% du PIB aux prix courants et la hausse de 23,3% des revenus nets reçus du reste du monde, le revenu national brut disponible a, quant à lui, progressé de 9,9% au T1-2023 au lieu de 2,6% le même trimestre de l'année précédente.

Le rapport conclut que l'investissement brut (formation brute de capital fixe, variation des stocks et acquisition nette d’objets de valeurs) a représenté 24% du PIB au lieu de 27,9% durant le même trimestre de l'année précédente, ce qui dégage une capacité de financement de 0,9% du PIB.
 
 

Bon à savoir

Selon le HCP, l’indice des valeurs unitaires à l’importation a enregistré une hausse de 1,2% au cours du premier trimestre 2023 par rapport au même trimestre de 2022. Cette évolution résulte principalement de l’augmentation des valeurs unitaires des «produits finis de consommation» de 7,4%, de l’«alimentation, boissons et tabacs» de 4,8%, de l’«énergie et lubrifiants» de 2,1%, des «demi-produits» de 1,6%, des «produits finis d’équipement industriel» de 0,6% et des «produits finis d’équipement agricole» de 2,9%.

En revanche, cet indice a reculé dans les «produits bruts d’origine minérale» de 39,0% et les «produits bruts d’origine animale et végétale» de 0,7%. Pour sa part, l’indice des valeurs unitaires à l’exportation a connu une hausse de 4,1% au cours du premier trimestre 2023 par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. Cette augmentation s’explique essentiellement, entre autres, par la hausse des valeurs unitaires des «produits finis d’équipement industriel» de 17,3%.








🔴 Top News