Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Viande végétale : Une industrie en plein essor malgré la pandémie du Covid-19


Rédigé par A. Channaje le Vendredi 27 Novembre 2020

Malgré la perturbation de la pandémie de Covid-19, l'industrie mondiale de la viande d'origine végétale connaissant une croissance continue. Plusieurs économies émergentes dont celles africaines devraient connaître un boom dans le segment d’ici à 2027, prévoit Oxford Business Group.



La viande d'origine végétale est un terme large utilisé pour désigner des produits destinés à ressembler, à sentir et à goûter la viande, mais qui sont fabriqués - comme son nom l'indique - entièrement à partir de plantes et d'autres produits non animaux, explique le cabinet d’intelligence économique, basé à Londres, dans un document consacré à la viande végétale, publié jeudi 26 novembre.
 
Des substituts de viande riches en protéines sont disponibles depuis longtemps, le tofu (fromage de soja) et le tempeh (une protéine végétale produite à partir de la fève de soya) étant parmi les produits les plus connus de cette catégorie - mais ces aliments ne visent pas à imiter la viande réelle, est-il souligné.
 
A l’échelle mondiale, poursuit la même source, le secteur connait une croissance importante ces dernières années. Il devrait croître à un taux de 1,6% cette année, passant de 12,2 milliards de dollars en 2019 à 12,4 milliards de dollars. Ce taux de croissance est plus lent que prévu en raison de Covid-19. L'industrie devrait atteindre 17,7 milliards de dollars d'ici 2023. Plusieurs facteurs expliquent cette performance. « Un facteur important derrière cette augmentation de la visibilité et de la popularité de la viande à base de plantes est la prise de conscience croissante des dommages écologiques causés par la consommation de viande. L'élevage de bétail est un contributeur majeur au changement climatique, tandis que les systèmes d'élevage - terres utilisées soit pour le pâturage ou pour la culture fourragère - occupent actuellement 45% de la surface terrestre de la planète », indiqué le think tank Londonien.
 
Il y a aussi une perception croissante parmi les consommateurs que la viande à base de plantes est plus saine que ce que certains - dans une tentative de remodeler la conversation - appellent maintenant la viande « conventionnelle » ou « d’origine animale ».
 
Viande végétale et Covid-19
 
Loin de voir son expansion freinée par la pandémie de coronavirus, l'industrie de la viande à base de plantes a réalisé des gains significatifs ces derniers mois, de nombreux nouveaux clients essayant ses produits pour la première fois.
Selon les chiffres publiés par Nielsen en octobre, les ventes de substituts de viande fraîche à base de plantes aux États-Unis ont presque doublé chaque mois de cette année.
 
L'un des aspects de cette situation était le fait que la disponibilité de viande fraîche était gravement affectée par les perturbations des chaînes d'approvisionnement régionales et mondiales. Cela était particulièrement problématique pour la viande par rapport aux produits secs, qui peuvent être stockés relativement facilement.
 
En outre, les employés des usines de transformation de la viande travaillent généralement dans des quartiers très proches. En conséquence, certaines installations sont devenues les premiers hotspots Covid-19, tandis que beaucoup ont dû être entièrement rénovées afin d'être suffisamment sûres pour que les gens puissent retourner au travail, limitant encore davantage la disponibilité des produits carnés.
 
Un autre facteur était lié à la santé et au bien-être. Les gens menant des modes de vie plus sédentaires à la suite des verrouillages, beaucoup se sont tournés vers ce qui est perçu comme des alternatives alimentaires plus saines.
Enfin, il est largement admis que le nouveau coronavirus a été transmis aux humains par des animaux - bien que plus exotiques que ceux auxquels la plupart des gens ont accès. Néanmoins, cela a renforcé l'examen des risques possibles de la consommation d'aliments d'origine animale.
 
OBG souligne, enfin, que les économies en développement ont également connu une montée en flèche de l'intérêt des consommateurs pour la viande d’origine végétal, et cela devrait se poursuivre. Au Moyen-Orient et en Afrique en particulier, le secteur se développe. D’après OBG, son taux de croissance annuel dans cette région serait de 9,8% entre 2019 et 2027.
 
A. CHANNAJE
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >