Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Vers un nouveau système de valeurs


le Lundi 23 Mars 2020


Jamal Hajjam, ancien Directeur de l'Opinion
Jamal Hajjam, ancien Directeur de l'Opinion
Le virus avec son grand «V» a frappé, chamboulant notre train de vie, déstabilisant  notre économie, notre vie sociale et familiale, nos habitudes bourgeoises tout en suffisance et hypothéquant notre avenir jusqu’à nouvel ordre. Nos rues sont vides, de nombreuses entreprises sont à l’arrêt et, dans l’urgence, nous tentons de trouver de nouveaux fonctionnements pour produire, soigner, continuer à informer, éduquer les enfants… Comme si ce virus nous prenait par la main et nous conduisait vers une nouvelle dimension que nous ne nous figurons pas bien encore mais que nous savons foncièrement différente…

Le Covid-19, bête nanométrique couronnée qui se moque royalement du pouvoir scientifique de l’humanité, est tantôt une «revanche de la nature» sur l’outrecuidance humaine, tantôt un «complot» ourdi, tantôt un «rédempteur» ou un «chevalier occulte» ; c’est selon le choix idéologique. Il n’en demeure pas moins que cet infiniment petit est une catastrophe sanitaire à l’échelle planétaire doublée d’un dérèglement majeur de la vie sur terre et, certainement, un redistributeur des cartes pour un nouveau système de valeurs où la santé, l’enseignement, l’éducation, l’écologie, devraient reprendre le dessus sur une uniformisation déculturante et une industrialisation et consommation outrancières.

La communion nationale que nous vivons depuis que le Covid-19 s’est invité chez-nous, ainsi que la résilience et le sens du devoir et de solidarité qui animent aujourd’hui les Marocains (mises à part les brebis galeuses, toujours les mêmes), devraient nous amener à réussir un destin commun avec remise en cause de certains choix, et redistribution des richesses sur de nouvelles bases où les secteurs économiques dominants soient ceux de l’empathie et non de l’indifférence et de l’apathie.

Au regard des fragilités sectorielles et sociales mises en relief, le pari est que cette crise marque de ses enseignements le contour du nouveau modèle de développement en gestation et nous fasse réfléchir sur nos relations humaines et sur l’impérieux besoin de solidarité en tant que reflexe de gouvernance systématique. 
 
Jamal HAJJAM
 
 
 
 
 
 

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Août 2020 - 19:00 Sommes-nous aux portes d’un reconfinement ?