Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

UpM Lance son 1er rapport sur l’intégration régionale euro-méditerranéenne


Rédigé par Chaimae Barki le Vendredi 28 Mai 2021

« Le commerce de marchandises représente 35% du PIB de la région et ce marché inter-régional reste l'un des marchés mondiaux les plus importants. » a indiqué l’Union pour la Méditerranée (UpM) dans sa première édition de son rapport lancé ce jeudi 27 mai .



Une conférence virtuelle organisée par l’Union pour la Méditerranée pour lancer son « 1er rapport sur l’intégration régionale euro-méditerranéenne », a réuni, un parterre d’experts de différentes institutions régionales et des zones de libre-échange, ainsi que des personnalités politiques et économiques de haut niveau, partageront leurs expériences et des pistes de réflexion qui pourraient être reproduites dans la zone euro-méditerranéenne. 

« L'intégration a progressé de manière inégale entre les sous-régions de l'UpM dans tous les domaines de politiques publiques. Par exemple, le trafic de fret entre les pays de la région MENA ne représente que 5 % du trafic total en Méditerranée, tandis que le trafic entre les ports européens représente 70% et entre l'Europe et l'Afrique du Nord 15% ». Peut-on lire dans ce rapport . Ce dernier affiche les principales tendances et évalue les progrès accomplis dans cinq domaines de l'intégration régionale, notamment , le commerce, les finances, les infrastructures, la circulation des personnes et, la recherche et l'enseignement supérieur. 

Il présente également les principales conclusions et recommandations politiques pour chacun de ces domaines, sur la base d'indicateurs de performance spécifiques qui seront suivis au fil du temps. 

Une intégration en progrès néanmoins , lente et inégale 

L'intégration a progressé dans la région de l'UpM, mais les progrès ont été lents et restent inférieurs au potentiel de la région en matière de capacités et de ressources. 
Par ailleurs , l'intégration a progressé de manière inégale, à travers et au sein des sous-régions de l'UpM, dans tous les domaines politiques. En matière de commerce, par exemple, les pays des sous-régions des Balkans occidentaux et d’Afrique du Nord se sont intégrés plus étroitement au reste de la région de l’UpM, tandis que le Levant (Liban, Palestine et Jordanie) et Israël sont restés bien en deçà de leur potentiel.


Des défis persistants et affectés par le covid 

Deux défis importants à l’intégration régionale subsistent selon le rapport , l’insuffisance des infrastructures de transport et de connectivité énergétique et l’absence de vision commune sur la mobilité humaine en tant que moteur de l’innovation et de la croissance dans la région. 

Toutefois, la transformation numérique, qui s’est accélérée avec la pandémie de Covid-19 a modifié la production mondiale et a affecté la capacité des pays à suivre des stratégies d’intégration régionale fondées sur des politiques commerciales et d’investissements étrangers. En effet, les changements dans la structure des échanges, l'utilisation accrue de l'automatisation dans le secteur manufacturier et une tendance au rétablissement régional des secteurs posent plusieurs défis à la capacité de certains pays euro-méditerranéens de progresser dans la chaîne de valeur et d'accroître leur participation à l'économie mondiale.

Rappelons que le rapport de l’UpM, est élaboré par l’Organisation de la coopération et du développement économique (OCDE), avec le soutien financier de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ), au nom du Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ).